Cet article date de plus de neuf ans.

Meurtre d'Alexandre Junca : le principal suspect a avoué l'avoir tué

Il a indiqué l'avoir tué à coups de marteau, le 4 juin 2011. Cet homme de 27 ans est toujours en garde à vue à Pau (Pyrénées-Atlantiques). Trois autres personnes ont été mises en examen.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une personnes placée en garde à vue dans le cadre du meurtre d'Alexandre Junca arrive au tribunal de grande instance de Pau (Pyrénées-Atlantique), le 6 avril 2013. ( / MAXPPP)

Le principal suspect pour le meurtre d'Alexandre Junca a avoué, samedi 6 avril dans la soirée, l'avoir tué à coups de marteau. Placé en garde à vue à Pau (Pyrénées-Atlantiques), cet homme de 27 ans doit être présenté dimanche matin au juge d'instruction. Il avait déjà reconnu qu'il avait bien croisé le jeune garçon de 13 ans, le 4 juin 2011, le soir du drame, et qu'il était en possession d'un marteau. Cet outil serait la même arme que celle avec laquelle il a agressé un SDF à Pau, un mois après la disparition d'Alexandre. Il est actuellement en détention en Dordogne pour cette agression.

Alexandre Junca avait disparu alors qu'il se rendait chez son père, dans le centre de Pau. Un fémur de l'adolescent avait ensuite été retrouvé dans le Gave de Pau, le 26 juin 2011, et les restes de son corps les 19 et 20 octobre de la même année.

Trois autres personnes mises en examen

Par ailleurs, le juge d'instruction a mis en examen trois autres personnes pour l'assassinat d'Alexandre Junca, une femme de 47 ans et deux hommes de 25 ans et 74 ans. Ils sont accusés d'avoir donné la mort à Alexandre Junca avec préméditation, entre le 4 et le 26 juin 2011, et avec des circonstances aggravantes d'actes de torture et de barbarie. Ils ont aussi été mis en examen pour avoir enlevé, détenu et séquestré plus de sept jours Alexandre Junca, en bande organisée, avec la circonstance aggravante qu'il s'agissait d'un mineur de moins quinze ans.

Au total, six personnes ont été placées en garde à vue, depuis mercredi, dans le cadre de l'information judiciaire ouverte au Tribunal de grande instance de Pau pour l''assassinat d'Alexandre Junca. Deux d'entre elles ont depuis été remises en liberté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.