Maurice Audin

Résumé de la rubrique

C'est une décision historique que sa famille famille attendait depuis soixante et un an. Emmanuel Macron a reconnu jeudi 13 septembre que ce mathématicien communiste militant de l'indépendance de l'Algérie, disparu en 1957, "est mort sous la torture du fait du système institué alors en Algérie par la France".

C'est l'occasion pour pour le président de la République de reconnaître une forme de responsabilité de l'État dans l'utilisation de la torture pendant la guerre d'Algérie à travers l'existence d'un "système légalement institué".

Le chef de l'Etat a annoncé aussi sa décision d'ouvrir toutes les archives nationales pour qu'enfin on sache ce qui est arrivé exactement au mari de Josette Audin, mathématicien, membre du Parti communiste et militant anticolonialiste, dont le corps n'a jamais été retrouvé.  

Certaines associations d'anciens combattants ne vont guère apprécier cette démarche mais "on assume", glisse l'entourage d'Emmanuel Macron.