Covid-19 en Martinique : "On a observé une flambée du nombre de cas sur le territoire", alerte l'ARS

"Aujourd'hui, c'est une situation qui est très inquiétante en Martinique avec un système de santé qui s'adapte effectivement mais qui est à la peine", affirme sur franceinfo le directeur général adjoint de l'ARS de Martinique Olivier Coudin.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Saint-Pierre, en Martinique. Photo d'illustration. (NISIAN HUGHES / DIGITAL VISION / GETTY IMAGES)

"On a observé une flambée du nombre de cas sur le territoire", alerte le directeur général adjoint de l'ARS de Martinique, Olivier Coudin, jeudi 22 juillet sur franceinfo, estimant la situation "préoccupante" alors que le taux d'incidence tend à s'approcher de 800 cas pour 100 000 habitants. Les restrictions sanitaires s'intensifient sur l'île, où les restaurants ne peuvent recevoir de clients que sur leur terrasse, un couvre-feu est en place de 21 heures à 5 heures et où le pass sanitaire vient aussi de devenir obligatoire dans les lieux culturels et de loisirs.

franceinfo : Où en est la situation sanitaire en Martinique ?

Olivier Coudin : La situation sanitaire en Martinique aujourd'hui est très préoccupante. On a observé une flambée du nombre de cas sur le territoire. Nous sommes, sur la semaine dernière, à plus de 2 200 nouveaux cas, avec un taux d'incidence qui est autour de 620 cas pour 100 000 habitants et qui a tendance à se rapprocher de 800 pour 100 000 habitants, ce qui est énorme. Pendant la troisième vague, on était monté au maximum à 270. Aujourd'hui, c'est une situation qui est très inquiétante en Martinique avec un système de santé qui s'adapte effectivement mais qui est à la peine. On le sait, en Martinique, on a des équipes qui sont épuisées, qui ont déjà dû faire face à trois vagues successives et on a une quatrième vague qui arrive bien plus tôt qu'on ne l'avait imaginé. Cette quatrième vague est extrêmement difficile pour les équipes. Le CHU de Martinique a déclenché son plan blanc la semaine dernière alors qu'il avait été désactivé à la mi-juin. C'est vraiment très compliqué pour les équipes. On a dû rouvrir des lits en médecine Covid-19, rouvrir des lits de réanimation Covid-19. En une semaine, le CHU a ouvert 80 lits de médecine Covid-19 pour pouvoir accueillir l'afflux de malades. Nous avons actuellement 13 personnes en réanimation Covid-19 sur le territoire.

Les hôpitaux martiniquais arrivent-ils à saturation ?

Le système de santé est au bord de la saturation, au prix d'efforts considérables de rappel de personnels qui venaient tout juste de partir en vacances, de renfort qui nous arrivent de métropole. 37 personnes de la réserve sanitaire sont arrivées de l'hexagone. Grâce à la solidarité notamment de l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes et de l'ARS Grand-Est, sept personnels de santé vont bientôt arriver sur le territoire. La clinique privée Saint-Paul à Fort-de-France participe à l'effort en mettant à disposition des lits de médecine Covid-19, en proposant de pouvoir mener des opérations puisque le CHU a dû se lancer dans une vague de déprogrammation de tout ce qui est opération chirurgicale. Il y a une collaboration public-privé qui est en train de se mettre en place. Et puis on envisage les évacuations sanitaires vers l'hexagone, vers la Guadeloupe. On est à 100 lits de médecine Covid-19 ouverts, on va peut-être pouvoir monter jusqu'à 120, mais au-delà de cette capacité on sera obligés de trouver des solutions.

"On va certainement, à un moment, devoir envisager des départs de malades vers la métropole."

Olivier Coudin, directeur général adjoint de l'ARS de Martinique

à franceinfo

Les Martiniquais se font-ils vacciner contre le Covid-19 ?

On est malheureusement sur un taux de vaccination très faible en Martinique. Chez les plus de 12 ans, on a 16% de la population qui a reçu ses deux doses, comparés aux plus de 40% que l'on trouve au niveau national. Il y a effectivement une population qui est vaccinosceptique, qui, comme ailleurs, a reçu beaucoup de fausses informations et est assez interrogatives sur différents points concernant le vaccin. On a une population qui est réticente à la vaccination de manière générale. On a des taux de vaccination qui sont assez faibles sur toute vaccination non-obligatoire, et puis on a une habitude aussi à recourir à de la médecine douce, à de la médecine naturelle. On sait que pour se protéger du Covid-19, on nous recommande d'avoir une immunité au plus haut niveau, alors il y a beaucoup de personnes qui estiment qu'avec un certain nombre de produits naturels elles peuvent acquérir cette immunité qui les protègera du Covid-19. Les Martiniquais sont assez réticents à la vaccination et ça explique le taux d'incidence en Martinique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Martinique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.