Cet article date de plus de huit ans.

Jeune homme tué à Marseille : une information judiciaire ouverte pour homicide volontaire

Le jeune homme a été tué à la suite d'une altercation avec un gardien de la paix dans la nuit de mercredi à jeudi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des experts de la police inspectent les lieux où un jeune homme a été tué à la suite d'une altercation avec un policier, dans la nuit du 13 au 14 février 2013 à Marseille (Bouches-du-Rhône). (BORIS HORVAT / AFP)

Une information judiciaire a été ouverte à Marseille (Bouches-du-Rhône) pour homicide volontaire, a annoncé vendredi 15 février le procureur de la République, à la suite de la mort d'un jeune homme de 19 ans, après une altercation avec un policier, dans la nuit de mercredi à jeudi. Le parquet a demandé le placement en détention provisoire du gardien de la paix. Il devait être déféré vendredi dans l'après-midi, a précisé le procureur de la République.

Le policier se trouvait dans une épicerie lorsqu'une altercation aurait éclaté entre lui et un groupe de jeunes. Il aurait alors sorti son arme de service et atteint mortellement l'un d'eux. La balle a pénétré dans la fesse du jeune homme et touché les intestins, l'estomac et le foie. Emmenée immédiatement à l'hôpital par un de ses amis présent sur les lieux, la victime est morte quelques heures plus tard.

Une deuxième information judiciaire ouverte

Le gardien de la paix n'était pas en service au moment des faits. Mais il avait le droit de porter son arme car il se trouvait dans son secteur, a indiqué vendredi la Direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône.

Une autre information judiciaire a été ouverte pour violences en réunion et dégradation de biens à l'encontre d'un homme, ami de la victime, qui était revenu sur les lieux de l'altercation après avoir appris la mort de son ami. Il avait alors encastré sa voiture dans l'épicerie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.