Cet article date de plus de neuf ans.

Marseille. Le bébé enlevé a été retrouvé, une femme a reconnu les faits

Le dispositif alerte enlèvement avait été déclenché après la disparition d'un bébé dans un hôpital. La femme placée en garde à vue a reconnu les faits.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
L'hôpital Saint-Joseph, à Marseille, où un nourrisson a été enlevé dans la nuit du 27 au 28 août 2012. (GERARD JULIEN / AFP)

FAITS DIVERS - Une jeune femme a été placée en garde à vue après l'enlèvement d'un bébé à Marseille (Bouches-du-Rhône), selon le parquet. Elle a reconnu avoir kidnappé un nourrisson de quatre jours, prénommé Zacharia, à l'hôpital Saint-Joseph (8e arrondissement) dans la nuit du lundi 27 au mardi 28 août. L'enfant, qui a été retrouvé mardi matin, a été reconnu par sa mère et "il va bien", a précisé l'hôpital.

Christophe La Rocca - France 2

Les parents de la suspecte ont appelé la police

Le procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest, a expliqué que "cette jeune femme est en garde à vue depuis 10h50 pour enlèvement et séquestration d'enfant, elle a reconnu les faits". Et, surprise, ce sont les parents de la jeune femme qui ont permis de retrouver l'enfant. "Suite au déclenchement du plan alerte enlèvement, des personnes ont appelé les services de police pour dire que leur fille était chez eux avec un nouveau-né", selon le procureur.

Les parents de la suspecte, qui habitent le 13e arrondissement de Marseille, ont récupéré leur fille avec le bébé dans la nuit, non loin de l'hôpital. En fugue, elle leur avait téléphoné la veille et leur avait annoncé qu'elle avait accouché en Corse, d'où la famille est originaire.

Le procureur a ajouté que des patientes interrogées dans une autre maternité avaient signalé qu'une jeune femme "s'était présentée dans leur chambre comme élève infirmière et leur avait proposé de garder leur nourrisson pendant la nuit"

Le plan alerte enlèvement avait été lancé 

Le dispositif alerte enlèvement avait été déclenché pour retrouver une femme âgée de 25 à 30 ans, "de taille moyenne, de type méditerranéen ou maghrébin, cheveux mi-longs châtain foncé, ayant un grain de beauté apparent ou une tache sur la joue droite". Il a été levé, a ajouté Jacques Dallest.

Ministère de la Justice

Selon le procureur, une "femme, qui était seule apparemment, avait été vue dans l'hôpital durant la soirée et avait un comportement suspect". Une femme de ménage avait croisé une jeune femme tenant des propos confus, assurant vouloir rendre visite à un nouveau-né avant d'expliquer qu'elle était enceinte et avait des problèmes médicaux. Elle avait ensuite été vue par une aide-soignante qui fumait à l'extérieur de l'établissement. Sur les bandes de vidéosurveillance, elle avait également été aperçue dans les couloirs "tenant un enfant dans un drap rose, à mains nues, sans poussette, vers 22 heures 30", avait indiqué le directeur général adjoint de l'hôpital, Florent Rovello.

C'est la onzième fois que le plan alerte enlèvement était lancé depuis 2006, date de sa mise en place en France. Et la quatrième pour un enlèvement de bébé dans une maternité.

Une disparition entre 22 h et minuit

Le personnel avait constaté l'absence du petit garçon, prénommé Zacharia et dont les parents sont algériens, peu après minuit, d'après un proche de l'enquête. Une porte-parole de l'hôpital a ajouté qu'il se trouvait dans une chambre de la maternité avec sa mère, qui dormait. Mais vers minuit, lorsqu'une sage-femme est entrée dans la pièce pour y installer une autre maman, elle a constaté que le bébé n'y était plus.

Déjà parents de deux enfants de 6 et 8 ans, les parents avaient perdu un enfant à l'accouchement en 2009, selon une source proche de l'enquête. "J'ai appelé ma femme vers 22 heures-22h15. Elle venait de s'endormir. A 1 heure, elle m'a rappelé pour me dire que le bébé avait disparu", a déclaré à la presse le père, Saïd.

Situé dans le centre-ville de Marseille (8e arrondissement), l'hôpital Saint-Joseph, un établissement privé, est l'un des plus importants de la région.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.