Il y aura bien un coup de pouce pour les précaires énergétiques

Les foyers éligibles à cette réduction de leurs factures en bénéficieront rétroactivement, le ministère de l'Energie confirmant son application au 1er janvier.

Le ministre de l\'Industrie et de l\'Energie, Eric Besson, le 30 janvier 2012 en Suisse.
Le ministre de l'Industrie et de l'Energie, Eric Besson, le 30 janvier 2012 en Suisse. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

C'est confirmé. Le dispositif permettant de faire bénéficier automatiquement des tarifs sociaux du gaz et de l'électricité aux ménages les plus modestes est bien applicable depuis le 1er janvier 2012. Le ministre de l'Energie, Eric Besson, l'a annoncé vendredi 3 février, confirmant une promesse faite le 17 octobre.

• Qui est concerné par cette mesure ?

Entre 1,5 et 2 millions de foyers devraient voir leur facture énergétique diminuer. Pour l'instant, seuls 600 000 foyers bénéficient de la ristourne. En métropole, quelque 3,8 millions de ménages, soit 14,4% des foyers français, sont considérés comme étant en précarité énergétique : ils consacrent plus de 10% de leur budget à leurs factures d'énergie.

Il faut agir vite car "les tarifs de l'électricité ont augmenté de 6% en deux ans, et la facture risque de bondir de 30% d'ici à 2016", écrit dans un communiqué la présidente du Syndicat Intercommunal de la périphérie de Paris pour l'électricité et les réseaux de communication (Sipperec), Catherine Peyge.

• Comment en bénéficier ?

C'est automatique et c'est justement la nouveauté. Depuis sa mise en place en 2005 pour l'électricité et en 2008 pour le gaz, il fallait faire la demande pour avoir la réduction. Or faute d'information ou en raison de la complexité des démarches, beaucoup de foyers concernés ne faisaient rien, ce qui a poussé le gouvernement à mettre en place l'automatisation.

Pour profiter de la remise, le plafond s'établit à 7 800 euros de revenus annuels environ pour une personne seule et à 11 700 euros pour un couple sans enfant.

• Pour quelle économie ?

EDF et GDF Suez estiment à environ 90 euros par an en moyenne pour l'électricité et 140 euros pour le gaz. La baisse sera prise en compte rétroactivement pour tous les foyers éligibles.

• Quand sera-t-elle effective ?

Le décret officialisant la mise en place du dispositif sera publié dans les prochaines semaines. Ce retard est dû au fait que les "dernières consultations formelles" entre l'administration et les industriels doivent toujours avoir lieu, de même qu'un avis du Conseil d'Etat, a expliqué vendredi le ministère de l'Energie, confirmant une information du Parisien (article payant).