Cet article date de plus de huit ans.

Les poils pubiens n'ont pas leur place dans le métro

La régie publiciaire de la RATP a censuré l'affiche de la pièce "Les rêveries d'une jeune fille amoureuse".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un morceau de l'affiche des Rêveries d'une jeune fille amoureuse, pièce jouée à La Folie Théâtre à Paris.  ( FRANCETV INFO)

Ils ne sont pas les bienvenus sur les murs du métro parisien. Les poils pubiens, visibles sur l'affiche du spectacle Les rêveries d'une jeune fille amoureuse, qui ont été censurés par la régie publiciaire de la RATP, raconte L'Express, vendredi 17 mai.

Dans un communiqué cité par l'hebdomadaire, cette dernière s'explique : "La posture de la femme (jambes écartées) associée à la visualisation de son sexe dénudé sont susceptibles de heurter la sensibilité, choquer ou même provoquer le public en propageant une image de la personne humaine portant atteinte à la décence." 

"Il n'existe aucun équivalent pour toucher un public aussi large que celui du métro parisien", déplore de son côté Arthur Vernon, auteur-metteur en scène du spectacle, interviewé par L'Express. Pour lui, le sexe de la femme n'est pas visible sur l'image. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.