Cet article date de plus de treize ans.

Les Guyanais et les Martiniquais ont dit oui dimanche à une "collectivité unique" dans leurs départements-régions

La collectivité qui naîtra donc d'ici 2 ans aura les compétences du département et de la région, Guyane et Martinique ayant la particularité d'être des régions mono-départementales gérées par un conseil général et un conseil régional.Le 10 janvier, ils avaient rejeté l'autonomie accrue proposée lors d'un premier référendum.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
  (AFP)

La collectivité qui naîtra donc d'ici 2 ans aura les compétences du département et de la région, Guyane et Martinique ayant la particularité d'être des régions mono-départementales gérées par un conseil général et un conseil régional.

Le 10 janvier, ils avaient rejeté l'autonomie accrue proposée lors d'un premier référendum.

-Le statut qui prévaut depuis 1982 a créé des chevauchements et des dépenses inutiles, auxquels le gouvernement souhaitait mettre fin.

Le scrutin de dimanche a été marqué par une une faible participation. En Guyane, le oui l'a emporté par 57,48%, mais le taux de participation n'a été que de 27,44%, contre 48,2% le 10 janvier. En Martinique, le oui l'a emporté par 68,3%, avec un taux de participation de 35,81%, contre 55,3% deux semaines plus tôt.

La question posée dimanche aux 296.800 électeurs de Martinique et 67.500 électeurs de Guyane était: "Approuvez-vous la création d'une collectivité unique exerçant les compétences dévolues au département et à la région tout en demeurant régie par l'article 73 de la Constitution ?"

Après la victoire du oui, le gouvernement va devoir s'atteler à une loi ordinaire arrêtant la composition de la nouvelle assemblée, le nombre d'élus... Le texte pourrait être étudié "début 2011". La Guyane et la Martinique devraient devenir des "collectivités départementales et régionales" d'outre-mer, premières du genre, en attendant un nom définitif, attribué en concertation avec les élus.

Comme le 10 janvier, la consultation de dimanche ne concerne ni la Réunion, ni la Guadeloupe. A la Réunion, les élus n'ont pas demandé majoritairement une collectivité unique. En Guadeloupe, les élus, déstabilisés par l'ampleur de la crise sociale de 2009, ont reporté à 2011 tout débat sur une réforme institutionnelle.

Le 10 janvier, l'autonomie accrue a été massivement rejetée par référendum, tant par les Guyanais (70,2%) que les Martiniquais (79,3%).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.