Cet article date de plus de neuf ans.

Les gares de Lille et Calais pourraient être privées d'Eurostar, selon Europe 1

Un "imbroglio diplomatique" entre la Belgique et le Royaume-Uni menace la desserte de Calais et pourrait réduire celle de Lille. Au cœur du problème : les contrôles douaniers.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un train Eurostar, le 31 octobre 2011 à Londres (Royaume-Uni). (BOB DEWEL / ONLY WORLD / AFP)

L'Eurostar pourrait bientôt ne plus s'arrêter dans les gares de Lille et Calais. "En cause, un imbroglio diplomatique", explique Europe 1.fr, qui publie l'information vendredi 17 février. "Les Britanniques (...) se sont offusqués d’un reportage montrant qu’on pouvait rejoindre Londres depuis Bruxelles tout en évitant les contrôles douaniers", précise le site d'information.

Au cœur du problème : l'espace Schengen. La Belgique et la France en font partie, on peut donc voyager d'un pays à l'autre sans le moindre contrôle. Mais le Royaume-Uni ne fait pas partie de Schengen. Les passagers de l'Eurostar à destination de Londres sont donc soumis à des contrôles douaniers, ainsi qu'à des contrôles de sécurité.

Le président de la SNCF se saisit du sujet

Le Royaume-Uni aimerait que tous les voyageurs qui prennent l'Eurostar soient contrôlés. Or, certains passagers empruntent l'Eurostar sans aller jusqu'en Angleterre. C'est le cas, par exemple, d'un passager qui part de Bruxelles pour aller à Lille. La Belgique refuse donc que ces voyageurs-là soient soumis à des contrôles. Bruxelles craint que ces derniers ne fassent perdre beaucoup de temps, ce qui pourrait amener à la suppression de la desserte de Calais et à la réduction des arrêts à Lille.

"C'est une question grave pour Calais et il faut agir vis-à-vis des Belges et des Anglais", a écrit le PDG de la SNCF, à la fin d'une lettre adressée au gouvernement, et qu'Europe 1 s'est procurée. "Les autorités britanniques ont officiellement demandé à Eurostar, en décembre 2011, de mettre fin à cette situation en cessant de vendre des titres de transports entre Bruxelles et Lille/Calais", précise Guillaume Pépy. Ce problème devrait être évoqué lors du sommet franco-britannique de vendredi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.