Cet article date de plus de neuf ans.

Les familles des victimes dénoncent l'enlisement de l'enquête sur le crash d'un avion de la Yemenia, il y a deux ans

Deux ans d'enquête, et toujours rien. Les familles des victimes du crash de l'A310 de la compagnie Yemenia, qui s'était abimé en mer le 30 juin 2009, dénoncent "l'enlisement" de l'enquête et regrettent qu'elle n'avance pas aussi vite que pour 'laccident du vol Rio-Paris survenu un mois auparavant.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'avion de la Yemenia qui s'était échoué en mer avait plus de 19 ans.   Crédits: Muriel Gensse (AFP)

Deux ans d'enquête, et toujours rien. Les familles des victimes du crash de l'A310 de la compagnie Yemenia, qui s'était abimé en mer le 30 juin 2009, dénoncent "l'enlisement" de l'enquête et regrettent qu'elle n'avance pas aussi vite que pour 'laccident du vol Rio-Paris survenu un mois auparavant.

"Cela fait maintenant deux ans que le crash a eu lieu, et les familles ne connaissent toujours pas les causes de l'accident", a déploré mercredi Me Saïd Larifou, avocat d'une vingtaine de familles de victimes.

"Yemenia refuse de coopérer à l'enquête. Elle n'a toujours pas communiqué les documents techniques et administratifs qui lui sont réclamés", a-t-il ajouté, dénonçant des "entraves" à la procédure judiciaire et un "enlisement" du dossier.

Dans une lettre adressée en fin de semaine dernière au président Nicolas Sarkozy, Me Larifou a appelé le chef de l'Etat à "intervenir pour mettre fin à l'impunité et à la tolérance dont bénéficie Yemenia", l'invitant à "faire ce qui est en (son) pouvoir" pour aider les familles "à connaître la vérité".

Nicolas Sarkozy avait reçu en juillet 2010 des représentants des familles des victimes, à l'occasion du premier anniversaire de l'accident. Il avait alors réaffirmé la "détermination des autorités françaises à tout faire pour que la lumière soit faite sur les circonstances de cette tragédie".

Les familles réclament "la vérité"
L'Airbus de Yemenia s'était abîmé en mer au large de Moroni (Comores) le 30 juin 2009. Sur les 153 occupants, seule une adolescente de 14 ans avait survécu.

Cet accident était survenu près d'un mois après le crash du vol d'Air France Rio-Paris, tombé dans l'océan Atlantique le 1er juin 2009 avec 228 personnes à son bord.

"Si on compare l'enquête sur l'accident du vol d'Air France Rio-Paris et celle du crash de la Yemenia, les avancées ne sont pas les mêmes", a déploré mercredi Me Didier Jaubert, qui conseille avec Me Larifou une vingtaine de familles de victimes.

Une information judiciaire a été ouverte en juillet 2009 au tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour déterminer les causes de l'accident de la Yemenia. Face à l'absence d'avancées, les proches des victimes ont porté plainte en avril 2011 pour "obstacle à la manifestation de la vérité" et "mise en danger de la vie d'autrui".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.