Les députés rognent les crédits de la Halde

Les députés ont diminué de 1 million les crédits pour la Haute autorité de lutte contre les discriminations

Le président de la Halde, Louis Schweitzer, devant un panneau de la Halde (13-5-2009)
Le président de la Halde, Louis Schweitzer, devant un panneau de la Halde (13-5-2009) (© AFP - FRANCK FIFE)
Les députés ont diminué de 1 million les crédits pour la Haute autorité de lutte contre les discriminationsLes députés ont diminué de 1 million les crédits pour la Haute autorité de lutte contre les discriminations

Ils l'ont fait passer de 12,9 à 11,9 millions d'euros.

Dans un premier temps, les deux questeurs UMP de l'Assemblée, Richard Mallié et Philippe Briand, avaient voulu diminuer de 20 % le budget de la Halde, fustigeant son "train de vie" dans un contexte de crise économique.

Dans leur collimateur: le loyer de "1,5 million d'euros" par an pour
l'immeuble parisien (quelque 2000 m2 dans le IXe arrondissement), où siègent la Halde et ses 84 salariés. Des locaux "dignes de ceux d'une entreprise du CAC 40", a critiqué Richard Mallié. A l'appui de sa démonstration, il a cité le rapport de la sénatrice PS Nicole Bricq (l'Etat locataire, 2007-2008) qui avait pointé du doigt le coût "déraisonnable" des loyers de plusieurs administrations, dont la Halde et suggéré que la Haute autorité déménage en banlieue.

Le ministre des Relations avec le Parlement, Henri de Raincourt s'est rangé à la "sagesse" des députés. Il a toutefois souligné que le bail de la Halde avait été signé pour 9 ans et qu'un rendez-vous avait été pris avec le propriétaire pour renégocier le loyer à la baisse.

A gauche, Jean-Pierre Brard (app. PCF) et Sandrine Mazetier (PS) ont mis en parallèle la progression des activités de la Halde et le fait qu'elle bénéficie "d'au moins 10 fois moins de crédits que ceux alloués pour une institution analogue en Grande-Bretagne".

"Il y a sûrement un problème de locaux", a indiqué le président PS de la commission des Finances, Didier Migaud. Mais "la Halde connaît une augmentation du nombre de réclamations en 2009", a-t-il ajouté. Il a demandé que "l'on permette à la Halde de démontrer qu'elle fait un travail utile".

Mme Mazetier s'est dite surprise de l'indignation de ses collègues de droite sur le montant des loyers de la Halde alors qu'ils n'ont "rien dit sur l'augmentation considérable des loyers du ministère de l'Immigration, qui est de 46 %. Là, vous avez des gisements d'économies", leur a-t-elle lancé. "Comment ne pas faire le parallèle entre la volonté de s'en prendre à la Halde et le lancement du débat sur l'identité nationale?", a-t-elle déclaré après l'adoption de l'amendement de l'UMP.