Les académies de Lille, Nancy-Metz et La Martinique seront parmi les plus concernées par les suppressions à la rentrée

Selon le document ministériel de carte scolaire dont l'AFP a eu copie vendredi, 16.000 postes seront supprimés dans le cadre de la loi de Finances qui a été adoptée définitivement mercredi par le Parlement.

(AFP - FRANCK FIFE)

Selon le document ministériel de carte scolaire dont l'AFP a eu copie vendredi, 16.000 postes seront supprimés dans le cadre de la loi de Finances qui a été adoptée définitivement mercredi par le Parlement.

Dans l'enseignement public, seront supprimés 8.967 postes d'enseignants en primaire, dont 5.600 au titre d'une "résorption" d'un actuel "surnombre" d'enseignants, 4.800 postes d'enseignants en collèges et lycées et 600 postes au sein des personnels administratifs.

Dans le primaire, les suppressions sont surtout dans les académies de Lille (336 postes en moins sur 20.938 emplois) et Nancy-Metz (298 en moins sur 12.243), mais le document précise qu'une baisse des effectifs écoliers est attendue dans ces deux académies.

Côté collèges et lycées, les suppressions de postes affecteront, en proportion, surtout la Martinique (- 3,9 % par rapport à 2010) et l'académie de Nancy-Metz (- 3,4 %), deux endroits où des baisses démographiques sont attendues, mais aussi, dans une moindre mesure, celles de Lille (- 1,8 %) et de Créteil (- 1,5 %), alors que là sont attendues des hausses du nombre d'élèves.

Un document relève par ailleurs que Lille et Nancy-Metz ont été, à la rentrée 2010, plutôt bien dotées en moyens d'enseignement (remplaçants compris). Ces répartitions des évolutions d'emplois par académie seront ensuite transmises aux recteurs, à charge pour eux d'opérer la répartition par département, puis par établissement.