Le vaccin anti-rotavirus recommandé aux nourrissons contre la gastro-entérite

Le Haut Conseil de la santé publique vient de publier ces nouvelles recommandations, qui concernent les bébés de moins de 6 mois.

Des parents marchent avec leur enfant dans les couloirs de l\'hôpital Jeanne de Flandre, à Lille (Nord), le 30 janvier 2014. 
Des parents marchent avec leur enfant dans les couloirs de l'hôpital Jeanne de Flandre, à Lille (Nord), le 30 janvier 2014.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) vient de publier de nouvelles recommandations : l'organisme indépendant préconise de vacciner tous les nourrissons de moins de 6 mois contre les gastro-entérites à rotavirus. 

Ces dernières sont responsables d'environ 14 000 hospitalisations annuelles d'enfants âgés de moins de 3 ans en France et d'un nombre de décès estimé entre 7 et 17 par an, précise le HSCP. Avec cette nouvelle recommandation, l'organisme revient ainsi sur des avis négatifs donnés en 2006 et 2010.

Un vaccin encore trop cher

Cependant, le HCSP avertit également que le coût élevé des vaccins risque de freiner la mise en œuvre de la recommandation qui ne pourra avoir lieu "que si les prix des vaccins conduisent à des ratios coût/efficacité acceptables". Les deux vaccins existants, le RotaTeq de Merck et le Rotarix de GlaxoSmithKline (GSK), ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale. Leur prix fluctue selon les pharmacies et peut atteindre jusqu'à 90 euros pour une dose.

Dans son avis, le HCSP précise qu'il "a pris en considération l'impact bénéfique" de cette vaccination qui a permis de réduire le taux d'hospitalisation de 80% dans les pays industrialisés qui l'ont déjà mise en œuvre. Il recommande de vacciner les nourrissons soit par un vaccin monovalent à deux doses (inoculées au 2e et au 3e mois de la vie), soit par un vaccin pentavalent à trois doses (à 2, 3 et 4 mois).