Le Sidaction avait recueilli lundi à 8 heures quelque 5.204.215 euros de promesses de dons

"Pour l'instant, on est à un million de moins" ce qui "est significatif", a reconnu le directeur général de l'association Sidaction, Bertrand Audoin.L'objectif affiché cette année, de dépasser les 7 millions d'euros, aura du mal à être atteint, mais les organisateurs espérent atteindre le même niveau qu'en 2009 (6,45 millions).

"Pour l'instant, on est à un million de moins" ce qui "est significatif", a reconnu le directeur général de l'association Sidaction, Bertrand Audoin.

L'objectif affiché cette année, de dépasser les 7 millions d'euros, aura du mal à être atteint, mais les organisateurs espérent atteindre le même niveau qu'en 2009 (6,45 millions).

Cette nouvelle édition, qui avait lieu jusqu'à dimanche soir, bénéficie d'un dispositif plus important sur internet et d'une mobilisation plus large des chaînes de télévision.

Les conséquences d'une polémique ?
Selon la responsable de la campagne d'appel aux dons, Christine Tabuenca, la baisse des promesses est imputable à la crise économique. "Cette année, il y a beaucoup moins de petits donateurs et une augmentation significative de promesses de dons importantes", a-t-elle dit.

Christine Tabuenca refuse de lier la baisse des promesses et la polémique qui a opposé le président du Sidaction, Pierre Bergé, et le Téléthon. "Toutes les associations ont connu cette baisse des dons dès le mois de novembre", a-t-elle dit.

Le Sidaction a eu lieu cette année après une vive polémique entre Pierre Bergé et le Téléthon. Dans une tribune au Monde, l'homme d'affaires avait accusé l'Association française contre les myopathies (AFM) de "parasiter la générosité" des Français et suggéré "une générosité mieux répartie par des appels aux dons mieux coordonnés" entre organismes.

Faites vos dons au 110, par SMS, sur iPhone ou par courrier
Les promesses de dons sont réceptionnées sur une ligne téléphonique gratuite, le 110, ouverte jusqu'au 11 avril 2010. Il est également possible de faire un don par SMS en tapant DON au 33000 (SMS non surtaxé), sur l'iPhone d'Apple (application gratuite dédiée) ou encore par courrier (Sidaction - 228 rue du Faubourg Montmartre, 75010 Paris).

"Depuis des années, grâce à la générosité, les progrès ont été considérables. Mais, hélas, le virus du sida lance toujours de nouveaux défis à nos chercheurs. Nous ne devons pas baisser les bras", ont expliqué Line Renaud et Pierre Bergé, à la tête de l'association Sidaction .

Les fonds nets collectés par l'association sont consacrés à 50% au financement de programmes de prévention et d'aide aux malades en France et dans des pays en développement. L'autre moitié sert à financer la recherche.

En France, près de 7.000 personnes par an découvrent leur séropositivité, dont 10% sont des jeunes âgés de 15 à 24 ans, selon Sidaction .

L'Agence nationale de recherche sur le Sida à court de fonds
L'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS) va être en "quasi faillite" dans le courant de l'année 2010 et n'aura "plus les moyens de porter les nouveaux projets autour de la prévention", déclarait jeudi son directeur Jean-François Delfraissy.

"Le budget de l'ANRS n'a pas changé depuis 5 ans", s'est alarmé le Pr Delfraissy. "J'ai trouvé un certain nombre de financements extérieurs, on va essayer de postuler au Grand emprunt, mais on ne finira pas l'année 2010", a-t-il souligné.

Il a estimé que casser l'épidémie, "c'est une question d'argent". Il a cité à cet égard l'émergence de "nouveaux outils de prévention", notamment, en attendant le vaccin, l'utilisation d'anti-rétroviraux "pour prévenir une éventuelle contamination".

Pour lui, "on ne parle pas suffisamment de cette maladie". "Les jeunes de moins de 20 ans ne connaissent plus le sida ", alors que "c'est une maladie qui n'est pas réglée, qui reste grave", constate-t-il.

Le site du sidaction

Site 2010 du Sidaction