Cet article date de plus d'onze ans.

Le président du groupe PS à l'Assemblée s'est dit prêt à voter 17 des 18 points de la résolution sur le voile intégral

Cette résolution, texte symbolique sans pouvoir contraignant, permise par la réforme constitutionnelle, doit être discutée le 11 mai prochain.Le PS est opposé au dernier point, prévoyant "un grand débat national" qui pourrait prendre la forme "d'assises nationales sur le droit des femmes".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Jean-Marc Ayrault (archives)

Cette résolution, texte symbolique sans pouvoir contraignant, permise par la réforme constitutionnelle, doit être discutée le 11 mai prochain.

Le PS est opposé au dernier point, prévoyant "un grand débat national" qui pourrait prendre la forme "d'assises nationales sur le droit des femmes".


"Je demande au nom de mon groupe que les auteurs de cette résolution (les élus UMP), globalement satisfaisante, retirent le paragraphe et rédigent une nouvelle résolution pour que nous puissions la voter", a-t-il déclaré. Les textes de ces résolutions ne sont pas amendables.

La première secrétaire du PS, Martine Aubry, a affirmé mardi, devant le conseil national de son parti, que les socialistes seraient favorables à une loi contre le voile intégral si elle reprenait l'avis du Conseil d'Etat.

Cette résolution est la première étape législative avant le projet de loi sur l'interdiction du port du voile intégral, qui sera débattu début juillet à l'Assemblée (après une présentation en Conseil des ministres le 19 mai qui décidera si le texte sera présenté en urgence). Concernant ce projet de loi, M. Ayrault a répété lors de son point de presse ses "préalables" pour "avoir un vrai dialogue avec le gouvernement, comme en 2004, quand nous avions adopté un texte sur les signes religieux à l'école".

"Il faut que le gouvernement renonce à la procédure d'urgence (une seule lecture à l'Assemblée et au Sénat), que le gouvernement tienne compte des avis du Conseil d'Etat et que le texte soit applicable concrètement", a résumé M. Ayrault. "Si ces préalables sont remplis, le débat se présentera favorablement. Notre attitude est ouverte", a-t-il dit, sans se prononcer sur le vote par le Parti socialiste d'une loi en faveur de l'interdiction totale et absolue.

Le patron des députés UMP, Jean-François Copé, a accepté mardi l'unique condition que son homologue PS , Jean-Marc Ayrault, posait pour que son groupe vote la résolution UMP - précédant le projet de loi - contre le port du voile intégral le 11 mai à l'Assemblée.

M. Copé a ainsi indiqué sur France Info qu'il était prêt à retirer l'un des 18 paragraphes de la résolution qu'il a lui-même rédigée avec d'autres UMP.
Ce point prévoyait un "grand débat national" voire des "assises nationales sur le droit des femmes". "Cela nous paraît incongru", avait déclaré M. Ayrault, y voyant une réédition du débat sur l'identité nationale.

"Je pense que ce débat est essentiel. Mais enfin, si les socialistes ne veulent pas de ce débat et si c'est la condition pour qu'ils acceptent de voter cette résolution de la majorité UMP, je dis oui", a répondu M. Copé sur France Info, en souhaitant "un consensus autour des propositions qu'(il) fait avec (ses) amis députés".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.