Disparus de Metz : la fille est à l'origine de la fugue avec son père

Ils ont été retrouvés à Halluin, dans le Nord, après être tombés en panne d'essence. 

Aurore Mangel, 13 ans, a disparu pendant quatre jours avec son père. Ils ont été retrouvés sains et saufs à Halluin (Nord), le 8 août 2013.
Aurore Mangel, 13 ans, a disparu pendant quatre jours avec son père. Ils ont été retrouvés sains et saufs à Halluin (Nord), le 8 août 2013. (MAXPPP)

Ils n'avaient pas donné de nouvelles depuis quatre jours. Le père et sa fille, disparus à Metz (Moselle) depuis le 4 août, ont été retrouvés sains et saufs, jeudi 8 août à Halluin (Nord).

Selon les informations du bureau de France 2 à Lille, le père a été placé en garde à vue à Tourcoing, pour "soustraction de mineure". Ce dernier a assuré qu'il voulait couvrir une fugue de sa fille, en partant en voiture avec elle. Des informations confirmées vendredi 9 août par le parquet de Metz, chargé de l'enquête. "Dans la mesure où elle souhaitait faire un 'break' avec sa maman, Aurore a réussi à convaincre son père de ne pas la rendre à sa maman mais au contraire d'aller voir la mer en Belgique", a expliqué le procureur adjoint.

"Ils ne savaient pas qu'ils étaient recherchés"

Tombés en panne jeudi matin, ils auraient alors été reconnus par une habitante d'Halluin. Découvrant la médiatisation de leur disparition, l'homme aurait contacté lui-même la police. 

"Ils m’ont expliqué qu’ils revenaient d’un périple en Belgique et qu’ils sont tombés en panne dans les Flandres", a expliqué la jeune femme qui les a accueillis à La Voix du Nord. "Je leur ai dit qu’ils étaient recherchés. Ils ne le savaient pas. On a regardé ensemble sur internet, ils n’y croyaient pas." 

Premières vacances chez son père

Aurore, une adolescente de 13 ans, passait pour la première fois des vacances avec son père biologique, Michael Krackenberger. La mère, qui a la garde de sa fille, avait accepté de la confier à cet homme de 38 ans souffrant de troubles de la personnalité, mais n'ayant "aucun antécédent judiciaire", selon le procureur adjoint du parquet de Metz.

D'après la mère, les visites précédentes de sa fille chez son père sur un week-end s'étaient "à chaque fois bien passées".