Le Nouveau Centre veut reconstituer l'ex-UDF

Le NC, en université d'été à Agen, a souhaité réunir les centriste qui rejettent le rapprochement avec la gauche

Hervé Morin
Hervé Morin (© France 3)
Le NC, en université d'été à Agen, a souhaité réunir les centriste qui rejettent le rapprochement avec la gaucheLe NC, en université d'été à Agen, a souhaité réunir les centriste qui rejettent le rapprochement avec la gauche

La main tendue de la vice-présidente du MoDem, Marielle de Sarnez, à la gauche a rallumé au NC l'espoir d'une renaissance, d'une refondation de la famille centriste telle qu'elle existait au temps de l'UDF.

Une renaissance qui permettrait au NC, selon son président,
d'exister face au géant UMP.

"Un espace politique dégagé au centre"


L'UDF "avait fait de nous la première force politique territoriale de France et nous avait conduits à la quasi égalité avec le RPR", a rappelé dimanche le président Hervé Morin dans son discours de clôture.

Le ministre de la Défense a annoncé qu'il souhaitait que le NC se réapproprie le nom de la formation giscardienne, détenu par une association avec un bureau majoritairement MoDem.
Une annonce très symbolique, selon un député NC, qui vise surtout à conforter l'idée que le NC est bien aujourd'hui l'héritier idéologique du grand parti, et à attirer les nostalgiques sa grandeur passée.

Durant le week-end, les militants présents à Agen, près d'un millier selon Hervé Morin, ont arboré des tee-shirts proclamant: "le NC, c'est l'UDF d'aujourd'hui".
"On a devant nous, pour la première fois, un espace politique dégagé au centre. Je ne vois pas pourquoi on ne serait pas capable de l'occuper. La seule chose qui nous empêche encore de le faire, c'est notre dispersion. Cette dispersion, il va falloir y mettre un terme", a expliqué à la presse Jean-Christophe Lagarde, président exécutif du NC.
Pour le député de Seine-Saint-Denis, "la plupart des militants et des élus de l'ex-UDF sont dans la nature. Ils n'ont pas adhéré au MoDem et ne sont pas chez nous. Ils attendent ce regroupement".

La présence aux universités d'été de l'ancien trésorier du Modem, le ministre de l'Aménagement du territoire Michel Mercier, aujourd'hui électron libre du centre, et celle du sénateur Jean Arthuis, qui a récemment créé le parti de l'Alliance centriste, a conforté l'espoir d'un possible rassemblement.

Pour les régionales, le président exécutif du NC a souhaité des alliances "à la carte" : listes communes avec l'UMP ou candidature autonome au premier tour, selon les régions.
Hervé Morin espère quant à lui faire naître, à l'occasion de cette "élection intermédiaire", une nouvelle génération politique capable de porter les couleurs du parti aux législatives.