Cet article date de plus de neuf ans.

Le ministre de l'Energie a redemandé vendredi une répercussion à la pompe de la baisse des cours du pétrole

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a annoncé jeudi la mise à disposition de stocks pétroliers représentant l'équivalent de 60 millions de barils, ce qui a entraîné une baisse des cours.Comme il l'avait déjà fait jeudi, Eric Besson a demandé "aux distributeurs de carburants en France de répercuter intégralement la baisse des cours".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Pompe à essence à Toulouse (AFP/Eric Cabanis)

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a annoncé jeudi la mise à disposition de stocks pétroliers représentant l'équivalent de 60 millions de barils, ce qui a entraîné une baisse des cours.

Comme il l'avait déjà fait jeudi, Eric Besson a demandé "aux distributeurs de carburants en France de répercuter intégralement la baisse des cours".


Total et Leclerc, deux des principaux distributeurs de carburants en France, ont assuré vendredi qu'ils répercuteraient à la pompe - si elle se maintenait - la baisse des prix du pétrole qu'a engendrée la décision de l'AIE de puiser dans ses stocks.

"Nous pensons, nous espérons que cette mesure (de l'AIE, ndlr) aura un impact positif sur les prix, et nous ne manquerons pas de la répercuter sur le prix à la pompe, bien sûr", lui a répondu vendredi une porte-parole de Total.

Michel-Edouard Leclerc, patron des centres du même nom qui assure distribuer notamment 12% du gazole en France, s'est engagé pour sa part à répercuter la baisse "dès lundi" avec une réduction "de 1 à 3 centimes (par litre, ndlr) selon la rotation des stocks".

M. Besson s'est félicité vendredi soir que sa demande ait été suivie d'effet. "D'ores et déjà, les groupes Total, Esso, Shell, ENI, Auchan, Leclerc et Les Mousquetaires se sont engagés en ce sens", a-t-il indiqué.

Lors de la semaine achevée le 17 juin, le litre de gazole -le carburant de loin le plus consommé en France - s'échangeait en moyenne à 1,3335 euro (1,5030 euro par litre pour le sans plomb 95, 1,5435 euro pour le 98).

Aux yeux de Jean-Louis Schilansky, président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip, patronat), cette baisse des prix à la pompe sera de toute façon "mécanique", et devrait se ressentir dans le courant de la semaine prochaine.

Immédiatement après l'annonce de l'AIE, les cours du brut ont perdu 7 à 8 dollars par baril et étaient vendredi environ 5 à 6 dollars en-dessous de leurs niveaux de mercredi. Ce qui correspond à une baisse de 2 à 3 centimes d'euro par litre "si les prix du brut se maintiennent à ce niveau", a-t-il chiffré.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.