Le couturier Paul Smith organise un défilé mixte à Paris

La Fashion Week de Paris se termine dimanche, avec une originalité du couturier Paul Smith, cette année : un défilé mixte hommes et femmes. Le Britannique est conscient d'avoir mené une petite révolution, dont il a donné les détails sur franceinfo.

Le couturier Paul Smith à la Fashion Week de Londres, en 2009.
Le couturier Paul Smith à la Fashion Week de Londres, en 2009. (STEVE WOOD - CODE - 350729 / MAXPPP)

La Fashion Week de Paris s'achève le dimanche 22 janvier. Pour boucler la présentation des collections automne-hiver 2017, les maisons Kenzo et Paul Smith innovent, avec un défilé mixte: hommes et femmes réunis. Le couturier britannique, qui a donné son nom à l'entreprise, a estimé sur franceinfo, que c'était une petite révolution.

franceinfo : Un seul défilé homme et femme réunis, ça change quoi ?

Paul Smith : Le rêve est devenu réalité en faisant défiler les hommes et les femmes ensemble pour la première fois. Auparavant, j’avais deux défilés par an à Londres et deux autres à Paris. Mais cette fois un seul à Paris, hommes et femmes confondus. C’est très excitant, mais ça fait peur aussi, avec toutes ces questions, comme la signification, le message que l'on fait passer. Finalement, ce n’est pas le rêve, c’est la réalité.

Est-ce la collection homme qui tend vers la femme ou l’inverse ?

La femme Paul Smith ne porte pas réellement des vêtements d'homme. Mais j’ai toujours aimé voir les femmes habillées simplement sans trop de maquillage. L’origine de mes premières créations, c’est justement parce qu’elles venaient acheter des vêtements masculins. Leur inventivité m’a incité à créer une ligne féminine. J’ai juste fait des vêtements de femme au style masculin. Je suis simplement allé vers le style androgyne.

Moins de défilés, c’est une économie de temps et d’argent ?

En effet, mais c’est un peu plus compliqué. Pour les créations femmes, vous avez moins de temps. Les économies sont petites. Vous devez avoir des mannequins hommes et femmes, des coiffeuses et des maquilleuses avec des salaires élevés. Donc, on fait des économies, mais un peu seulement.

"Le rêve est devenu réalité en faisant défiler les hommes et les femmes ensemble pour la première fois" affirme Paul Smith
--'--
--'--