Le chef de l'Etat avait convié jeudi midi plusieurs figures de l'internet français pour évoquer la situation du secteur

Parmi les invités de Nicolas Sarkozy, figuraient Xavier Niel, fondateur de l'Iliad (Free), Jacques-Antoine Granjon, président de vente-privée.com, et Daniel Marhely, directeur général de Deezer.com.Selon les invités, le président a évoqué à cette occasion la création possible d'un Conseil du numérique français.

Le palais de l\'Elysée.
Le palais de l'Elysée. (France 2 Jacques Loew)

Parmi les invités de Nicolas Sarkozy, figuraient Xavier Niel, fondateur de l'Iliad ( Free), Jacques-Antoine Granjon, président de vente-privée.com, et Daniel Marhely, directeur général de Deezer.com.

Selon les invités, le président a évoqué à cette occasion la création possible d'un Conseil du numérique français.

"Il a abordé l'idée d'un conseil du numérique qui serait consulté dans le cadre de toutes les lois qui auraient à voir à l'internet et au numérique. Il représenterait la pluralité du monde du numérique. Mais pour l'instant, c'est encore très hypothétique", a indiqué le blogueur Nicolas Vanbremeersch ( http://www.meilcour.fr/).

"On a abordé un grand nombre de sujets liés à l'économie numérique comme Hadopi", a indiqué pour sa part Jean-Baptiste Descroix-Vernier, fondateur de Rentabiliweb. "Je n'en ai pas dit du bien (de l'Hadopi NDLR). Le président a écouté, pris des notes, et dit qu'il était prêt à lancer et améliorer les choses", a-t-il ajouté.

"J'espère que ce déjeûner va déboucher sur des choses concrètes", a-t-il ajouté. "Ce serait une très bonne idée de le faire (ce conseil du numérique) avec des professionnels. Pour Hadopi, les professionnels n'avaient pas été consultés. A suivre".

Sarkozy "comprend que Hadopi est mal perçu"
"Je pense que Nicolas Sarkozy a envie de reprendre la main sur ces sujets (internet), il se rend compte qu'un certain nombre de lois comme Hadopi ne passent pas auprès de la communauté de gens du numérique ", a analysé Nicolas Vanbremeersch.

"La Loi Hadopi 3 ne sera pas faite pour aggraver la répression, mais pour en faire quelque chose de plus présentable, a précisé à ce sujet Maître Eolas (pseudonyme d'un avocat blogueur à lire sur maitreeolas.fr). Il comprend que le système d'Hadopi est inefficace et mal perçu. Le Conseil du numérique, lui, serait obligatoirement consulté sur tout texte ayant rapport soit au numérique soit à l'internet. Ses avis seraient consultatifs".

La loi dite "Hadopi" (Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet, NDLR), entrée en vigueur en 2010, vise à lutter contre le téléchargement illégal.

Un "G8 de l'internet" réuni à Deauville en 2011 ?
Le président Sarkozy a déclaré par ailleurs qu'il envisageait de réunir les principaux acteurs de l'internet mondial en marge d'une réunion du G8 à Deauville en 2011.

C'est ce qu' a indiqué Maître Eolas à la presse à sa sortie de l'Elysée. "Il nous a dit que, dans le cadre de la présidence du G20 et du G8 qui sont simultanées, il essayerait de réunir en même temps que les chefs d'Etats et de gouvernement les principaux acteurs de l'internet des huit principales puissances économiques mondiales à l'occasion du sommet du G8 à Deauville en novembre prochain".

"Ce serait un +G8 de l'internet+ même si le président ne l'a pas nommé comme cela. Cela a fait briller les yeux de tous les chefs d'entreprise présents, a-t-il continué. Une réunion institutionnelle organisée en marge d'un G8, cela aurait une puissance d'attraction très importante. Ce serait remarquable et même probablement beaucoup plus productif que le G8, dont traditionnellement il ne ressort jamais rien."