Cet article date de plus de dix ans.

Le chauffeur d'une société exploitant des distributeurs automatiques de boissons et de sandwiches a été tué par balles

Le drame s'est produit dimanche soir dans le parc d'activités de Berlange à Woippy (Moselle), alors que le chauffeur rapportait dans un entrepôt la recette prélevée sur des appareils. Il travaillait pour la société Daco.Un agent de sécurité qui l'accompagnait a été gravement blessé, également par balles. Il se trouve dans le coma.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des policiers relevant des indices à proximité de l'endroit où le chauffeur a été tué par balles (AFP - PATRICK HERTZOG)

Le drame s'est produit dimanche soir dans le parc d'activités de Berlange à Woippy (Moselle), alors que le chauffeur rapportait dans un entrepôt la recette prélevée sur des appareils. Il travaillait pour la société Daco.

Un agent de sécurité qui l'accompagnait a été gravement blessé, également par balles. Il se trouve dans le coma.

Selon une source proche de l'enquête, un homme seul, armé d'un fusil de gros calibre, est vu sur la bande vidéo de la caméra de surveillance en train d'exécuter le chauffeur-livreur à travers la vitre de son camion frigorifique. Cet homme "sort du bois, tire sur le livreur à travers la vitre du camion, puis sur l'agent de sécurité et repart dans le bois", d'après cette source qui affirme avoir visionné la vidéo décortiquée lundi par la police judiciaire (SRPJ) de Metz.

Les deux hommes ont été découverts, gisant dans leur sang à côté de la camionnette, par une patrouille de la police municipale de Woippy.

Pietro Lancelotti, un père de deux enfants âgé d'une trentaine d'années, venait de réapprovisionner des distributeurs et de les vider de leur recette. C'était la première fois qu'il effectuait une tournée dans la région de Metz, a-t-on appris auprès de ses collègues à Colmar.

Le vigile de la société de gardiennage "Securiman" de Ban-Saint-Martin (Moselle), chargé de veiller à ces opérations, a été grièvement blessé de "deux décharges de gros plombs" reçues, la première dans les fesses et la seconde en pleine face alors qu'il était à l'extérieur de son véhicule de service, a indiqué son employeur. "C'est lui qui a prévenu son responsable des rondes", a précisé ce dernier. Hervé Corps, 45 ans, a été opéré à l'hôpital Bon Secours de Metz où les chirurgiens ont tenté de reconstituer sa mâchoire, arrachée par le coup de feu qu'il avait reçu. Ses jours ne seraient pas en danger, selon une source médicale.

Lundi, le SRPJ tentait de déterminer s'il s'est agi d'un règlement de comptes, l'agresseur ne semblant pas s'être emparé de la recette collectée au cours de la nuit et qui se situait entre 20 et 30.000 euros en pièces de monnaie. Interrogé, le parquet de Metz, qui a ouvert une information judiciaire pour "assassinat" et "tentative d'assassinat", s'est refusé à tout commentaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.