La tour Eiffel arc-en-ciel, un hommage à Mandela, pas au mariage des homos

L'artificier a expliqué au Lab d'Europe 1 sa véritable intention derrière cette tour arc-en-ciel : il s'agissait d'un hommage à Nelson Mandela et à l'Afrique du Sud.

La tour Eiffel durant le feu d\'artifice de la fête nationale, le 14 juillet 2013 à Paris.
La tour Eiffel durant le feu d'artifice de la fête nationale, le 14 juillet 2013 à Paris. (FRANCE 2)

"Tous les êtres vivants – hommes, femmes et enfants – marchent du même pied : l'égalité. (…) Pour chacun, les mêmes chances." Ce message, diffusé pendant que la tour Eiffel s'illuminait, dimanche 14 juillet, a prêté à confusion. Alors que certains spectateurs ont considéré qu'il s'agissait du rainbow flag, symbole de la lutte pour les droits des homosexuels, et donc d'un clin d'œil à l'adoption de la loi sur le mariage pour tous, l'artificier a expliqué au Lab d'Europe 1 sa véritable intention derrière cette tour arc-en-ciel : il s'agissait d'un hommage à Nelson Mandela et à l'Afrique du Sud.

FRANCE 2

Luc Chatel, interrogé sur RTL lundi matin, y a vu une "provocation" du maire (PS) de Paris, Bertrand Delanoë. Sur Twitter, des internautes s'étaient à l'inverse félicités de ce prétendu choix à caractère politique. C'était "seulement un hommage à la nation arc-en-ciel de Nelson Mandela" et une "ode à la paix universelle", a corrigé Jean-Eric Ougier, célèbre artificier à l'origine de la scénographie adoptée pour le feu d'artifice parisien du 14-Juillet.

L'entourage de Bertrand Delanoë a expliqué au Lab que "les couleurs sont celles du drapeau sud-africain". Et tant pis s'il n'y a pas de violet sur ce drapeau. "La mairie a pris la responsabilité de placer Paris sous le signe de la liberté, l'égalité, la fraternité et de rendre hommage à Nelson Mandela." Pas de quoi faire beaucoup de buit, pensait-elle, même pour un feu d'artifice.