Cet article date de plus de dix ans.

La Poste va devoir verser 56.125 euros à une employée qui a fait 250 CDD en près de vingt-trois ans

Neuf ans après son départ à la retraite, la somme sera versée au titre de dommages et intérêts. Le conseil de prud'hommes de Bordeaux l'a décidé après deux ans de procédure, rapporte le quotidien régional Sud-Ouest.Marie-Louise Leblanc n'avait pu profiter des différents avantages donnés par un emploi fixe, dont la progression du salaire.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le tribunal de Bordeaux a souligné la responsabilité de la Poste "coutumière" des CDD à répétition (AFP PHOTO / LOIC VENANCE)

Neuf ans après son départ à la retraite, la somme sera versée au titre de dommages et intérêts. Le conseil de prud'hommes de Bordeaux l'a décidé après deux ans de procédure, rapporte le quotidien régional Sud-Ouest.

Marie-Louise Leblanc n'avait pu profiter des différents avantages donnés par un emploi fixe, dont la progression du salaire.

La décision de justice a été rendue le 7 février. Le tribunal a souligné la responsabilité de la Poste "coutumière de cette pratique", selon la formule écrite par les juges.

"C'est une grande victoire et le montant est à la hauteur du préjudice subi", a déclaré Me Paul Cesso, l'avocat de Marie-Louise Leblanc, qui a pris sa retraite en 2000 à Mérignac près de Bordeaux.

Il est possible de faire appel d'ici un mois, a rappelé la direction de la Poste. L'avocate de l'ex-employeur, Me Odile Frankhauser, a expliqué à l'AFP qu' "à l'époque, la Poste avait la possibilité de recourir à des contrats d'auxiliaires de droit public qui n'avaient rien à voir avec les CDD actuels".

L'avocate a précisé qu'un CDI avait été proposé à Mme Leblanc à la fin des années 80 mais qu'elle l'avait refusé en raison de l'éloignement géographique qu'il aurait entraîné.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.