La Lorraine et la Guadeloupe ont ouvert le bal des soldes samedi avant le reste du pays mercredi 6 janvier

La Lorraine bénéficie pour la seconde fois d'une dérogation pour débuter ces soldes le premier jour ouvré de janvier, afin d'harmoniser ses dates avec le Luxembourg et la Belgique voisins.Les soldes ont démarré également en Guadeloupe, sauf à Saint-Barthélémy et Saint-Martin où ce sera le 1er mai.

Soldes dans un centre commercial de Nancy (02/01/2010)
Soldes dans un centre commercial de Nancy (02/01/2010) (France 3)

La Lorraine bénéficie pour la seconde fois d'une dérogation pour débuter ces soldes le premier jour ouvré de janvier, afin d'harmoniser ses dates avec le Luxembourg et la Belgique voisins.

Les soldes ont démarré également en Guadeloupe, sauf à Saint-Barthélémy et Saint-Martin où ce sera le 1er mai.

Sur le reste du territoire français, le coup d'envoi sera donné mercredi 6 janvier.

L'essentiel se joue sur les deux premières semaines. Les professionnels attendent cette occasion de pied ferme pour écouler leurs stocks après une saison affectée par la crise économique, par l'été indien qui a retardé les ventes des vêtements d'hiver, et par la prime à la casse qui a dopé les ventes d'automobiles au détriment d'autres dépenses. "Il va y avoir du stock" et les commerçants ont besoin qu'il parte, parce qu'ils doivent le payer, mais aussi pour faire de la place à la nouvelle collection", explique Charles Melcer, président de la Fédération nationale de l'habillement, qui prévoit "des soldes qui vont démarrer avec des -30, des -40, des -50%, voire plus si c'est nécessaire".

"C'est une bonne affaire pour le consommateur", mais pas pour le magasin, indique Jean-Marc Genis, président de la Fédération des enseignes de l'habillement (FEH), qui réunit des enseignes comme Gap, Pimkie, Etam, Zara... En effet, les soldes sont les seules périodes de l'année où les commerçants ont le droit de revendre à perte. Jean-Marc Genis déplore enfin une "consommation en panne".

Ce seront les premiers soldes d'hiver après la mise en place début 2009 des soldes flottants, qui permettent aux commerçants de choisir deux semaines supplémentaires de soldes dans l'année.

Reste à savoir si les clients, sollicités de toutes parts entre les promotions à répétition et les ventes privées dans les magasins comme sur internet, mettront encore la main au porte-monnaie, après avoir consenti de fortes dépenses pendant les fêtes et alors que la progression attendue du chômage devrait peser sur la consommation.