Cet article date de plus d'onze ans.

La famille d'un transporteur d'algues décédé a porté plainte jeudi contre X

Thierry Morfoisse, le chauffeur d'un camion transportant des algues vertes, est décédé le 22 juillet 2009. La plainte a été déposé pour "homicide involontaire par imprudence".Une autopsie pratiquée fin septembre n'avait pas permis de déterminer avec certitude les causes de la mort.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Thierry Morfoisse, le chauffeur d'un camion transportant des algues vertes, est décédé le 22 juillet 2009. La plainte a été déposé pour "homicide involontaire par imprudence".

Une autopsie pratiquée fin septembre n'avait pas permis de déterminer avec certitude les causes de la mort.

Le parquet avait renoncé à engager des poursuites.

Pour la famille et pour le Dr Claude Lesné, chercheur au département de santé publique du CNRS à Rennes, également présent au tribunal jeudi, le lien de causalité entre les algues vertes et le décès ne fait "aucun doute".

"M. Morfoisse présentait un terrain cardio-vasculaire fragilisé et
l'exposition à une dose massive d'hydrogène sulfuré dégagée par les algues lui a été fatal", a-t-il déclaré à l'AFP.

Claude Morfois, le père de la victime, a indiqué :"Mon fils n'était pas informé du tout que les algues vertes étaient dangereuses et il n'était pas équipé en conséquence".

Depuis son entrée dans une entreprise de BTP et d'environnement en 2004, Thierry Morfois avait était amené à convoyer des algues vertes.

Le jour du décès, "cela faisait plus de deux heures qu'il faisait des
rotations et déchargeait des camions d'algues, et se plaignait des gaz", a rappelé le Dr Lesné.

L'hydrogène sulfuré émis lors de la décomposition des algues vertes a été mis en cause dans plusieurs incidents touchant des êtres humains et des animaux ces dernières années, notamment la mort d'un cheval fin juillet 2009 sur une plage de Saint-Michel-en-Grève (Côtes-d'Armor).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.