La direction de France Télécom a annoncé mardi avoir dénombré "32 suicides" de salariés "en deux ans, dont 17 en 2009"

Le décompte, demandé par l'inspection du Travail, remonte à janvier 2008. La direction a indiqué ne pas pouvoir dire le nombre de suicides ayant eu lieu au travail.Confrontée à une vague de suicides qui a fait intervenir le gouvernement, la direction a ouvert à l'automne des négociations sur le stress et les conditions de travail dans l'entreprise.

Logo de France Telecom
Logo de France Telecom (DR)

Le décompte, demandé par l'inspection du Travail, remonte à janvier 2008. La direction a indiqué ne pas pouvoir dire le nombre de suicides ayant eu lieu au travail.

Confrontée à une vague de suicides qui a fait intervenir le gouvernement, la direction a ouvert à l'automne des négociations sur le stress et les conditions de travail dans l'entreprise.

"Sur demande de l'inspection du Travail, nous avons récemment interrogé l'ensemble des directions territoriales/régionales. Il en est ressorti un total de 32 suicides en deux ans, dont 17 en 2009. Ce chiffre a été communiqué, en toute transparence, à l'Inspection du Travail", a précisé ultérieurement la direction.

"France Télécom déplore la polémique initiée par certains sur le nombre de suicides", ajoute le communiqué, qui souligne que "le chiffre de 25 suicides en 18 mois résulte de la communication initiée par les syndicats depuis les drames de cet été". "La direction de France Télécom considère qu'une polémique n'a pas lieu d'être sur un sujet aussi grave. Un seul suicide est un suicide de trop", a-t-elle ajouté. Des syndicats avaient récemment demandé à la direction de communiquer sur le nombre de suicides, s'étonnant qu'elle s'appuie sur le chiffre établi par l'Observatoire du stress, créée par Sud-PTT et la CFE-CGC.

Le décompte syndical était celui des suicides dont les syndicats "avaient connaissance", qu'ils aient ou non un lien avec le travail. Recemment, un 26e suicide a été comptabilisé, mais syndicats et direction ont affirmé que le geste n'avait aucun lien avec le travail.