La Cour des comptes épingle les kinés

Les soins infirmiers et de kinésithérapie font exploser la facture de la Sécurité sociale selon la Cour des comptes. Explications.

FRANCE 3

Le déficit longue durée de la Sécurité sociale est au programme de ce Grand Soir 3. Selon la Cour des comptes, il n'y aura pas de retour à l'équilibre avant six ans. Facteur aggravant de cette dérive pour les Sages : les dépenses de soins dispensés par les infirmiers et les kinés. Elles augmentent respectivement de 6,6% et 4,4% par an, pour atteindre 10 milliards d'euros au total en 2014. L'envol des coûts selon la Cour des comptes s'explique par des kinés et infirmiers libéraux trop nombreux et mal répartis sur le territoire.

Des hospitalisations plus courtes

Pour les professionnels, le problème se situe ailleurs. Ils ciblent d'abord le vieillissement de la population et surtout les hospitalisations plus courtes qui engendrent davantage d'actes de kiné. "Avant par exemple, une prothèse de genou était hospitalisée pendant 15 jours, et aujourd'hui, on les a très vite à la sortie de l'hôpital", note Julie Delmas, kinésithérapeute, au micro de France 3.

Pour faire des économies, la Cour des comptes préconise notamment de revoir certaines tarifications et en appel à la responsabilisation de chacun.

Le JT
Les autres sujets du JT