La Cour de cassation a annulé mercredi la condamnation à perpétuité d'Yvan Colonna pour l'assassinat du préfet Erignac

Contre l'avis du parquet général, la plus haute juridiction française a jugé irrégulier le procès qui s'était tenu devant la cour d'assises spéciale de Paris entre février et mars 2009.Le berger nationaliste de Cargèse, arrêté en 2003 après une longue fuite de quatre ans, et qui a toujours clamé son innocence, sera donc jugé une troisième fois.

Portrait d\'Yvan Colonna pris après son arrestation le 4 juillet 2003.
Portrait d'Yvan Colonna pris après son arrestation le 4 juillet 2003. (AFP Photos)

Contre l'avis du parquet général, la plus haute juridiction française a jugé irrégulier le procès qui s'était tenu devant la cour d'assises spéciale de Paris entre février et mars 2009.

Le berger nationaliste de Cargèse, arrêté en 2003 après une longue fuite de quatre ans, et qui a toujours clamé son innocence, sera donc jugé une troisième fois.

En attendant ce nouveau procès, qui n'aura probablement pas lieu avant plusieurs mois, Yvan Colonna reste détenu. L'affaire revient en effet au stade du procès de première instance de 2007, où il a été condamné déjà à perpétuité.

Désigné par l'accusation comme l'homme qui a tiré trois balles dans la tête du préfet de Corse Claude Erignac le 6 février 1998, Yvan Colonna s'est présenté en victime de la vindicte de Nicolas Sarkozy et de "la raison d'Etat".

L'accusé et ses défenseurs avaient quitté l'audience de 2009, dont le jugement a été annulé mercredi, pour dénoncer l'attitude à leurs yeux partiale de la cour.

Le nouveau procès Colonna sera le cinquième de l'affaire Erignac aux assises. Six autres hommes ont été condamnés en 2003 pour le crime à des peines allant de 15 ans de réclusion à la perpétuité, sanctions aujourd'hui définitives.