Cet article date de plus d'onze ans.

L'étudiant qui a poignardé mercredi une secrétaire de la faculté de Perpignan a été jugé irresponsable et interné

Le parquet de Perpignan a ouvert jeudi soir une information judiciaire pour assassinat contre l'étudiant chinois qui a poignardé mercredi une secrétaire de l'université, et qui a été interné après une expertise psychiatrique, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Lers policiers devant la faculté de Perpigan après le meurtre d'une secrétaire de l'établissement le 13 janvier 2009 (France 2)

Le parquet de Perpignan a ouvert jeudi soir une information judiciaire pour assassinat contre l'étudiant chinois qui a poignardé mercredi une secrétaire de l'université, et qui a été interné après une expertise psychiatrique, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Le procureur de la République de Perpignan, Jean-Pierre Dreno, a précisé que l'information judiciaire a été ouverte "pour assassinat, tentative d'assassinat, et coups et blessures volontaires avec préméditation avec arme dans un établissement d'enseignement".

Inscrit en 2e année de sociologie, l'étudiant chinois, en proie à des "troubles du comportement", armé d'un couteau de cuisine, a également blessé trois autres personnes, dont une grièvement.

Le jeune homme de 26 ans, interpellé et placé en garde à vue, a été examiné par un psychiatre qui lui a diagnostiqué une "abolition du discernement". L'agresseur a été transféré dans un établissement spécialisé.

Les enseignements et les examens ont été suspendus jusqu'à lundi, mais l'établissement n'est pas fermé.

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Valérie Pécresse, qui a exprimé mercredi sa "profonde émotion" après le drame, s'est rendue l'après-midi même à l'hôpital de Perpignan au chevet des trois blessés. Elle a ensuite effectué une visite à l'université.

Une cellule d'aide médico-psychologique a été mise en place pour venir en aide aux personnels. Les cours et examens ont été suspendus et l'UFR (unité de formation et de recherche) de sociologie a été interdite d'accès par la police. La police scientifique enquêtait sur place à la mi-journée, a constaté l'AFP.

"Une secrétaire de 49 ans est morte et trois autres personnes ont été blessées, dont une grièvement, par un étudiant chinois de 26 ans qui présentait des troubles du comportement", a déclaré le procureur. La victime "a été atteinte à la poitrine et à la gorge". Le procureur a précisé que l'agression s'était produite "vers 9h30 dans le département de sociologie de l'université avec un couteau de boucher de 20 à 30 cm. Les trois blessés sont professeurs ou enseignants vacataires." La personne grièvement blessée a été atteinte "à la face, aux bras et aux jambes" alors qu'elle tentait de se protéger, a ajouté Pierre Dreno.

En entendant les cris de la secrétaire venant de la bibliothèque du département de sociologie, un professeur est allé à son secours et a été grièvement blessé. Un enseignant a réussi a désarmer l'agresseur qui a été maîtrisé par deux ou trois étudiants, a précisé à l'AFP le procureur Dreno.

L'étudiant chinois qui, selon des médias, sortait de l'hôpital psychiatrique, avait accepté de se faire soigner début novembre à l'hôpital de Perpignan. Selon un étudiant de l'université, l'étudiant chinois "avait déjà harcelé des étudiantes, mais sans les agresser".

Nicolas Sarkozy a exprimé mercredi "toute son émotion" après l'agression mortelle de la secrétaire de l'université, et souhaité que l'enquête "fasse le plus rapidement possible la lumière sur ces événements".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.