Cet article date de plus d'onze ans.

L'auteur présumé d'un coup de feu mortel contre un étudiant de 20 ans s'est présenté vendredi au parquet de Bastia

Accompagné d'un avocat, cet homme né en 1988, s'est présenté en fin d'après-midi au bureau de procureur de la République.Il a remis l'arme avec laquelle il a dit avoir tiré, un pistolet automatique de calibre 9mm. Placé en garde à vue à la gendarmerie de Corte, il a été entendu par les gendarmes chargés de l'enquête.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Accompagné d'un avocat, cet homme né en 1988, s'est présenté en fin d'après-midi au bureau de procureur de la République.

Il a remis l'arme avec laquelle il a dit avoir tiré, un pistolet automatique de calibre 9mm. Placé en garde à vue à la gendarmerie de Corte, il a été entendu par les gendarmes chargés de l'enquête.

La victime, Antoine Casanova, originaire d'Ajaccio et étudiant en Italien à l'Université de Corse - Pascal Paoli, à Corte, au centre de l'île, avait été tué d'une seule balle dans la tête vers 02h30 devant un bar-restaurant de nuit, la Taverne, au centre-ville.

Une bagarre avait auparavant éclaté entre deux groupes de jeunes gens à l'intérieur de l'établissement, à l'issue d'une soirée étudiante. Après avoir participé à un échange de coups, l'un des protagonistes est allé chercher une arme à feu et a tiré sur Antoine Casanova puis s'est enfui, selon les premiers éléments de l'enquête de gendarmerie. Le corps de la vicitme sera autopsié dans les prochains jours à Ajaccio.

L'enquête a été confiée au Groupement de gendarmerie de Haute-Corse, à la brigade de Corte et à la Section de recherche d'Ajaccio et un substitut du parquet de Bastia s'est rendu sur place.

Le procureur général de Bastia, Paul Michel, a déclaré à France 3 Corse que les contrôles sur la détention d'armes allaient s'intensifier, "y compris dans les endroits ouverts au public". "Nous devons lutter contre la violence de la manière la plus efficace possible avec les armes de la loi", a déclaré M. Michel.

Dans un communiqué, le recteur de l'Académie de Corse, Michel Barrat, a exprimé son "incompréhension face à la détention d'armes à feu".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.