Cet article date de plus de dix ans.

L'augmentation des péages "sera de 2,24 % en moyenne pour les véhicules légers".

Annonce faite mercredi dans Le Figaro par le président de l'Association professionnelle des autoroutes et ouvrages routiers (AFSA), Jean-François Roverato."En moyenne" signifie donc que selon les réseaux autoroutiers, la hausse pourra être plus forte ou plus faible que 2,24 %.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Au péage de Villefranche-sur-Saône en juillet... (AFP - FRED DUFOUR)

Annonce faite mercredi dans Le Figaro par le président de l'Association professionnelle des autoroutes et ouvrages routiers (AFSA), Jean-François Roverato.

"En moyenne" signifie donc que selon les réseaux autoroutiers, la hausse pourra être plus forte ou plus faible que 2,24 %.

Une chose est sûre: cette augmentation est plus forte que l'inflation (1,52 %), comme c'est souvent le cas depuis la privatisation des autoroutes en 2005 par le gouvernement de Dominique de Villepin.

Selon Jean-François Roverato, "la part dévolue aux sociétés d'autoroutes est limitée à 1,92 %, pour une prise en compte de l'inflation (...) et des besoins d'investissement". "Les 0,32 % qui s'y ajoutent représentent deux tiers de la compensation de la hausse de la TAT (taxe d'aménagement du territoire) décidée par l'Etat pour financer les lignes de train déficitaires. Le dernier tiers sera répercuté en 2012", précise le représentant de l'AFSA.

Interrogé pour savoir s'il approuve ce soutien financier en faveur de la SNCF, il répond: "ce prélèvement sur la route au profit du rail s'élève à 35 millions d'euros, et ce seront les automobilistes qui en supporteront le coût. Je ne peux pas être totalement d'accord avec cette politique". Pour lui, "d'autres pistes pourraient être envisagées, comme la création de lignes d'autocars, pour un service équivalent à celui de la SNCF et moins coûteux",

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.