L'agresseur présumé de la petite Maëlle a été mis en examen et écroué mardi soir pour viol, enlèvement et séquestration

Maëlle, 5 ans, enlevée dimanche à Nievroz (Ain), a été agressée sexuellement et violée, selon la procureure de la République, Marie-Christine Tarrare.Le suspect était déjà connu et aurait dû être conduit mardi devant le juge d'application des peines pour avoir manqué trois rendez-vous dans le cadre de son suivi socio-judiciaire.

Dans le village de Niévroz (Ain) où l\'enfant de 5 ans a été enlevée dans l\'après-midi du 12 juin 2011
Dans le village de Niévroz (Ain) où l'enfant de 5 ans a été enlevée dans l'après-midi du 12 juin 2011 (AFP - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK)

Maëlle, 5 ans, enlevée dimanche à Nievroz (Ain), a été agressée sexuellement et violée, selon la procureure de la République, Marie-Christine Tarrare.

Le suspect était déjà connu et aurait dû être conduit mardi devant le juge d'application des peines pour avoir manqué trois rendez-vous dans le cadre de son suivi socio-judiciaire.

Assis dans un fauteuil roulant, les yeux clos et la tête penchée, cet Isérois de 39 ans, chaudronnier de profession, a été présenté à un juge d'instruction en début de soirée, après 48 heures de garde à vue durant laquelle il a observé un mutisme total, a indiqué la procureure de la République, Marie-Christine Tarrare.

Après sa présentation devant le juge des libertés et de la détention, il a été transféré à l'UHSI (Unité hospitalière sécurisée interrégionale) de Lyon. Un médecin qui l'avait examiné à nouveau lundi soir a estimé que son état était parfaitement compatible avec la garde à vue et qu'il "s'agissait d'une simulation d'un état de coma", a souligné la magistrate.

L'homme est soupçonné d'avoir enlevé et séquestré pendant plus de cinq heures, dimanche après-midi, la fillette qui faisait du vélo devant la maison familiale, à Niévroz. Maëlle avait été remise en liberté vers 18H00, éjectée de son véhicule à la sortie du village.

Avant même l'enlèvement de la petite Maëlle, l'agresseur présumé faisait l'objet d'un mandat d'amener pour non respect de mesures de suivi socio-judiciaire. "Il n'a pas répondu à trois rendez-vous de soins ou des services sociaux des services pénitentiaires, fixés entre début mai et début juin", a expliqué Matthieu Bourrette, procureur de la République de Vienne. C'est pourquoi, dès le 9 juin, le juge d'application des peines de Vienne a délivré un mandat d'amener pour se faire présenter cet homme le 14 juin, soit ce mardi.

L'homme avait été condamné dans l'Ain en novembre 2009 à six ans de suivi socio-judiciaire, avec injonction de soins, pour "diffusion d'images à caractère pédo-pornographique", des faits remontant à 2007 et 2008.

Une arrestation mouvementée
Au moment de son enlèvement, l'enfant faisait du vélo devant chez elle. Disparue dimanche vers 13h, elle avait été déposée sur une route près de six heures plus tard par le suspect en voiture. C'est un riverain de la commune qui a aperçu le suspect la déposer sur le bas-côté de la route. Elle a été retrouvée "les habits déchirés" mais sans porter de "blessures apparentes".

Le suspect, en voiture, a été interpellé une demi-heure après par les gendarmes après avoir forcé deux barrages, et au bout d'une course-poursuite où sa voiture avait été stoppée en percutant de "plein fouet" un véhicule de gendarmerie. Une cinquantaine de gendarmes, un hélicoptère et des chiens avaient été déployés pour les recherches.

Maëlle, qui était hospitalisée à Bourg-en-Bresse, a pu regagner le domicile de ses parents lundi en fin de matinée.