Jean Germain s'est suicidé avec une arme de chasse, confirme le procureur

"Rien ne vient contrecarrer cette hypothèse. Il n'y a aucun doute", a ajouté le procureur de la République de Tours.

La police devant le garage de Jean Germain à Tours, le 7 avril 2015.
La police devant le garage de Jean Germain à Tours, le 7 avril 2015. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Le sénateur socialiste et ancien maire de Tours Jean Germain "s'est bien suicidé", mardi 7 avril, peu de temps avant sa comparution prévue devant le tribunal correctionnel de la ville, a confirmé le procureur de la République de Tours, Jean-Luc Beck. "Il s'est bien suicidé. Rien ne vient contrecarrer cette hypothèse. Il n'y a aucun doute", a-t-il dit à l'AFP, qui l'a joint par téléphone.

"Il y a des lettres très claires, l'arme de chasse utilisée...", a-t-il ajouté pour expliquer ce geste suicidaire. Une autopsie est prévue mercredi matin. Le corps de Jean Germain, a été retrouvé dans le garage de son domicile à Tours. Il a laissé une lettre d'adieu, adressée à plusieurs personnes, quelques heures avant de comparaître devant la justice dans l'affaire des "mariages chinois".

"Disparu en laissant une lettre d'adieu"

Le sénateur PS, âgé de 67 ans, était poursuivi pour "complicité" dans l'organisation, à la mairie de Tours, de simulacres de mariage pour touristes chinois qui ont donné lieu à des malversations, selon les magistrats instructeurs et le parquet. Alors que le procès devait s'ouvrir mardi matin pour trois jours au palais de justice de Tours, son avocat, Me Dominique Tricaud, a annoncé lors de l'appel des prévenus que son client avait "disparu en laissant une lettre d'adieu".