Cet article date de plus d'onze ans.

Invitation du PS à Rama Yade: "une plaisanterie"

La vice-présidente PS de la région Ile-de-France a offert mercredi le "droit d'asile" à la secrétaire d'Etat aux Sports
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Rama Yade (© France 2)
La vice-présidente PS de la région Ile-de-France a offert mercredi le "droit d'asile" à la secrétaire d'Etat aux SportsLa vice-présidente PS de la région Ile-de-France a offert mercredi le "droit d'asile" à la secrétaire d'Etat aux Sports

Michèle Sabban a proposé à Rama Yade de conduire la liste PS aux régionales dans les Hauts-de-Seine.

Proposition suivie rapidement d'un contre-ordre de Mme de La Gontrie, porte-parole de campagne du président de région Jean-Paul Huchon: "C'était une plaisanterie. C'est de toute facon évidemment hors sujet, car cela n'a aucun sens, politiquement".

"Rama Yade est une adversaire politique, notablement comme élue des Hauts-de-Seine". "Elle soutient la politique de Nicolas Sarkozy que nous combattons, en France, en Ile-de-France et dans les Hauts-de-Seine, et elle en est une des figures emblématiques", a ajouté Marie-Pierre de La Gontrie.

Rama Yade avait été rappelée à l'ordre par François Fillon mardi après s'être opposée à la suppression d'exonérations fiscales pour les sportifs, votée à l'Assemblée avec l'aval de sa ministre de tutelle Roselyne Bachelot.

"Comme l'UMP ne veut pas d'elle, on est prêt à lui accorder le droit d'asile" et "on lui fait même la proposition de prendre la tête de liste PS dans les Hauts-de-Seine", avait affirmé Mme Sabban, confirmant une information en ce sens parue dans la presse. Et d'ajouter: "Qu'elle nous appelle."

L'élue socialiste précise qu'elle a pris cette initiative "suite aux propos de Mme Morano", secrétaire d'Etat à la Famille, "à l'encontre" de Rama Yade. "J'ai trouvé cela limite et profondément incorrect", a-t-elle souligné. Cette proposition n'a "rien d'ironique", a précisé Michèle Sabban pour qui Rama Yade "a des valeurs de gauche et l'esprit rebelle qui est le sien confirme ce positionnement".

De son côté, la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse, chef de file UMP pour les régionales en Ile-de-France, a encouragé Rama Yade à conduire la liste UMP dans le Val-d'Oise.

Nadine Morano avait taclé dimanche Rama Yade, affirmant que "quand on n'est pas d'accord avec la politique du gouvernement, 'ou on ferme sa gueule, ou on démissionne'" suite au désaccord exprimé par la secrétaire d'Etat à propos d'un amendement voté avec l'aval du gouvernement. La secrétaire d'Etat à la Famille avait été renvoyée dans les cordes par Rama Yade qui n'était pas disposée à s'abaisser à "ce niveau très bas".

Alors que le Premier ministre François Fillon s'en était pris mardi vertement à la jeune secrétaire d'Etat pour s'être "désolidarisée" du gouvernement, le président Nicolas Sarkozy a profité du Conseil des ministres mercredi pour souligner la "nécessité d'être solidaires" dans la majorité qui fait face à d'autres turbulences: Jean-Pierre Raffarin pour sa tribune cosignée avec 23 autres sénateurs contre la réforme actuelle de la taxe professionnelle ou celle de 63 députés en faveur d'un montant élevé pour le grand emprunt, à l'instar d'Henri Guaino.

Les jours de Rama Yade, toujours protégée par sa grande popularité, sont-ils comptés ? "Il s'agissait d'un rappel à l'ordre", tempère-t-on dans l'entourage de François Fillon, assurant qu'elle n'est "pas aujourd'hui directement menacée". En privé cependant, un ministre proche de Sarkozy semblait pourtant récemment en avoir fait le deuil: "Ce n'est pas une grande bosseuse, elle marche plus à l'instinct. Qu'elle trace son propre sillon"...

A lire aussi:

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.