Incendie de Marseille: doutes du légionnaire

Le légionnaire mis en examen pour l'incendie déclare avoir de "gros doutes sur l'origine des feux"

Incendie \"sous contrôle\" aux portes de Marseille
Incendie "sous contrôle" aux portes de Marseille (© France 2)
Le légionnaire mis en examen pour l'incendie déclare avoir de "gros doutes sur l'origine des feux"Le légionnaire mis en examen pour l'incendie déclare avoir de "gros doutes sur l'origine des feux"

L'incendie avait brûlé 1.070 hectares aux portes de Marseille le 22 juillet.

Une enquête de commandement militaire a conclu le 29 juillet que "seule la responsabilité du directeur de tir" était engagée dans cette affaire.

"Je suis légionnaire, je ne vais pas me défiler si on estime que je suis en cause. Mais je veux faire entendre ma voix. Je suis conscient des conséquences d'un tel incendie mais je doute d'en être le coupable. Du moins, j'ai des gros doutes sur l'origine des feux", déclare l'adjudant Philippe Fontaine, 43 ans, qui s'exprime pour la première fois depuis l'incendie, dans un entretien au quotidien La Provence publié vendredi.

"Je ne vais pas anticiper sur le travail de la justice mais il faut parler balistique. J'ai décidé d'un tir à 25 mètres sur une butte de tir parce que, pour moi, il n'y avait pas de danger. Dans les premiers relevés, on me dit que le feu s'est déclaré juste derrière la butte de tir. Or, il faut savoir que ces balles sortent du canon de l'arme à 960 mètres par seconde et peuvent parcourir jusqu'à 3.000 mètres. Il me paraît impossible que les projectiles soient retombés juste derrière la cible alors qu'elles auraient dû ricocher beaucoup plus loin", ajoute-t-il.

Philippe Fontaine dirigeait le 22 juillet sur le camp militaire de Carpiagne, près de Marseille, un exercice de tirs à balles traçantes considéré comme à l'origine des flammes. Suspendu de ses fonctions au soir de l'incendie, le légionnaire a été mis en examen le 25 juillet pour incendie involontaire et laissé libre sous la responsabilité de l'armée.

Trois marins-pompiers, trois policiers et un civil avaient été légèrement blessés dans l'incendie .