Marseille se met au ramassage des biodéchets, transformés en compost

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Ramassage des biodéchets à Marseille
Article rédigé par
France Télévisions

Le ramassage des biodéchets s’étend peu à peu. Comme en Île-de-France, à Lille ou encore à Toulouse, c’est au tour de la ville de Marseille de s’y mettre. Les habitants sont invités à jeter leurs épluchures et autres restes alimentaires dans des sacs biodégradables puis à les déposer dans des bennes spécialement prévues à cet effet. #IlsOntLaSolution

On connaît les poubelles grises, les vertes... Désormais dans certains quartiers de Marseille, il y a des poubelles marron ! C’est ici que des habitants, volontaires, peuvent déposer leurs biodéchets qui seront ensuite transformés en compost. Dans le centre-ville, plus densément peuplé, des abris bacs sont aussi installés pour la collecte. Ces détritus, tout droit sortis des cuisines sont ensuite transformés en compost.

Abris Bacs des Alchimistes pour collecter les déchets dans le centre-ville de Marseille (France 3 Provence Alpes)

Dans le cité phocéenne, l'expérience est menée depuis le 14 avril. 800 familles ont accepté de jouer le jeu. La population n'est pas toujours facile à convaincre. Il y a encore quelques freins à ce nouveau geste écolo comme l'explique, Lorraine Guers
cofondatrice des Alchimistes des Bouches-du-Rhône : "Les premières fois, les participants peuvent avoir des a priori sur les déchets alimentaires, ils ont peur d'avoir des mouches, des odeurs, donc il y a beaucoup d'informations à donner dans ce sens-là".

Cette grande opération de ramassage des déchets bioménagers est menée par la société les Alchimistes, un nom bien choisi. Née en 2016, cette société collecte auprès des particuliers et des professionnels, comme les cantines scolaires, les détritus (épluchures de légumes, têtes de poisson et autres restes alimentaires) pour les transformer en compost. Seuls 10% de ces déchets sont actuellement valorisés en France. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.