Dans l’Orne, les sapins de Noël régalent les chèvres, alpagas et dromadaires du zoo

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
SOLUTION_SAPINS_ZOO
Article rédigé par
France Télévisions

Chaque année après les fêtes, le parc animalier d'Écouves dans l'Orne récupère des centaines de sapins. Des conifères donnés par des particuliers et très appréciés par certains pensionnaires. Un apport de nourriture non négligeable alors que le parc est privé de recettes depuis le 30 octobre. #IlsOntLaSolution

En quelques années, c’est devenu un rituel pour de nombreuses familles du Bouillon, de Sées et des environs. Une fois les fêtes passées, ils font don de leur sapin au parc animalier d’Écouves. Un cadeau pour certaines espèces qui raffolent des épines et de l’écorce de ces Nordmann et épicéas. Si les plus grosses consommatrices sont les chèvres, les sapins régalent également les moutons, les alpagas et depuis peu, de jeunes dromadaires qui ont découvert de nouvelles saveurs. "Elles sont arrivées il y a quelques jours, on a voulu tester les sapins sur elles et elles en raffolent. Donc chaque jour, elles ont leur petite branche de sapin et elles mangent tout", s’amuse Audrey Rouzies, soigneuse au parc animalier d'Écouves.

Une nourriture bienvenue

Une fois débarrassés de leur écorce et de leurs épines, les arbres sont broyés et transformés en paillage utilisé notamment dans les enclos. Cette année encore, l’opération est un succès, le parc devrait récupérer plus de 800 sapins, qui seront entièrement recyclés après dégustation. Des dons d’autant plus importants que le site est de nouveau fermé au public depuis le 30 octobre. Mais même privé de recettes, il faut continuer à nourrir les 400 animaux du parc et cela coûte cher. Alors, ces centaines de sapins permettent aussi d’alléger la facture en cette période difficile. Si vous êtes dans le coin et que vous avez encore votre sapin, vous pouvez le déposer au parc jusqu’à la fin de la semaine.             

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.