Dans le Tarn-et-Garonne, un entrepreneur imagine une piscine mobile à louer

Publié
Un piscine nomade hors sol qui se loue
Article rédigé par
Véronique Dalmaz-Nicolas - franceinfo
France Télévisions

Parce qu’une piscine demande de l’entretien, un pisciniste de Moissac lance un nouveau concept : la location de bassins à la carte pour un week-end ou plus. #IlsOntLaSolution

L’été débute de plus en plus tôt et les températures sont élevées. Alors nombreux sont les propriétaires de maisons à souhaiter investir dans une piscine pour se rafraîchir. Depuis la crise sanitaire, le chiffre des installations de piscines individuelles explose. Avec plus de 3 millions de piscines privées enterrées ou hors sol, la France détient le record d’Europe et arrive en deuxième position au niveau mondial derrière les États-Unis. Mais certains, qui ont franchi le pas, regrettent car une piscine nécessite de l’entretien. On ne peut également pas l’emporter sous le bras quand on déménage.  C’est en tout cas pour ces raisons que Serge Guirbal, pisciniste, loue des bassins mobiles qu’il livre à ses clients. "Cela n’existe pas du tout en France. Il faut un simple camion. Le chargement est rapide et cela se déplace facilement", explique-t-il.

1600 euros par mois 

Ce concept s’adresse aussi bien à des particuliers qu’à des professionnels du tourisme ou de l’évènementiel. La coque, qui peut contenir 14 m3 d’eau, est à l’origine une benne métallique qui est habituellement conçue pour transporter des déchets. Elle est fabriquée dans un atelier de chaudronnerie, à Caussade, dans le Tarn-et-Garonne. "La benne, c’est déjà une coque. Il fallait juste un traitement de manière à ce que ça devienne une piscine", rapporte Laurent Bergougnou, directeur d'exploitation de l’entreprise Bennes Ghiret.

L’acier est donc recouvert d’une résine pour garantir l’étanchéité de la benne. Tout est fabriqué localement. Seul bémol, son coût à la location. Comptez 1600 euros par mois. Mais si vous la gardez toute la saison, le prix est dégressif.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.