Dans le Cantal, un garagiste itinérant répare les voitures à domicile

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
un garage mobile
Article rédigé par
France Télévisions

Jérémy Marjoux est un mécanicien ambulant. Il sillonne les routes du Cantal au volant de son garage mobile. Il affiche déjà plus de 10 000 km au compteur. #IlsOntLaSolution

Chaque jour, Jérémy Marjoux avale des kilomètres au volant de sa fourgonnette. Ce garagiste itinérant parcourt les routes du Cantal avec son atelier. Ancien mécanicien dans la Marine, il se rend au domicile de ses clients pour effectuer des travaux sur leurs voitures.

"Ça arrange les clients, surtout à l’heure actuelle avec les problèmes liés au Covid. Les gens n’ont plus du tout le temps d’aller chez le garagiste, c’est aussi plus facile". Vidange, amortisseurs... rien ne lui fait peur. "J’ai un grand camion avec tout le matériel nécessaire pour effectuer tout type de réparations", explique Jérémy qui adore travailler au grand air.  

C’est le garage qui vient à vous

Jérémy, qui se déplace également sur votre lieu de travail, a lancé son activité il y a six mois sans aucune publicité. Depuis, grâce aux réseaux sociaux et au bouche-à-oreille, son carnet de rendez-vous affiche complet. Parmi ses nouveaux clients, Karine : cette habitante de Saint-Sernin est ravie d’avoir fait appel à Jérémy et son garage mobile pour changer ses quatre pneus. "Dans un garage, j’en aurais eu pour 150 euros, et là ça me coûte moins de 100 euros »

L'intervention s'effectue en bas de chez elle et sans attente. Philippe, qui a vu l’un de ses véhicules tomber en panne, a fait appel à ses services pour ne pas avoir a appelé une dépanneuse. Un gain de temps et d’argent pour cet artisan, qui aurait dû emmener cette voiture à 10 kilomètres de là. "Il faut payer le déplacement, les réparations sur place, ce n’est pas aussi avantageux qu’avec ce garage mobile ou j'économise entre 50 et 100 euros".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers #IlsOntLaSolution

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.