Cet article date de plus d'un an.

Avec son tour du lac Léman en aveugle et en solitaire, Olivier Ducruix prouve que la voile est accessible à tous

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
Passionné de voile et non-voyant, Olivier Ducruix a réalisé le tour du Lac Léman en solitaire du 24 au 26 mars.
Raid Liberty Cécivoile Passionné de voile et non-voyant, Olivier Ducruix a réalisé le tour du Lac Léman en solitaire du 24 au 26 mars. (France Télévisions)
Article rédigé par Chrystel Chabert
France Télévisions - Rédaction Culture
Passionné de voile et non-voyant, Olivier Ducruix a réalisé le tour du lac Léman en solitaire. Mélangeant système D et moyens technologiques, le périple s'insère dans le projet Cécivoile.#IlsOntLaSolution

Olivier Ducruix a remporté son pari : réaliser en trois jours le tour du lac Léman, seul sur un dériveur adapté à son handicap. Parti le 24 mars de la base nautique de Sciez-sur-Léman, près de Thonon en Haute-Savoie, il est revenu au point de départ le 26 mars. Trois jours avec 12 à 25 miles marin (22 à 45 km) par étape, soit 5 à 8 heures de navigation par jour. 

Malgré une météo peu clémente, le marin a pu mener à bien ce périple baptisé Raid Liberty, du nom du bateau dériveur utilisé, un hansa Liberty, support inchavirable, spécialement adapté aux personnes en situation de handicap.

GPS et ceinture vibrante

Olivier était bien seul sur son bateau, effectuant lui-même les réglages. Une autonomie rendue possible grâce à plusieurs outils techniques. A commencer par SARA Navigation (pour Sail And Race Audioguide), une application gratuite de guidage sur iPhone dédiée aux marins déficients visuels. Ensuite, une girouette tactile connectée en Bluetooth à une ceinture placée autour du ventre d’Olivier lui indiquait par vibration la direction du vent. Conçue et réalisée par Olivier et sa petite équipe, la girouette est encore au stade du prototype mais elle a fait ses preuves.

La ceinture vibrante reliée en Bluetooth à une girouette à ultrasons installée en haut du mât. (France 3 Alpes)

Grelot de chat !

Mais la technique ne fait pas tout. Naviguer, c’est aussi une question de ressenti et d’observation. Comment savoir si la voile faseye (qu’elle est dégonflée) quand on ne voit pas les penons, ces petits bouts de laine installés sur le haut de la voile qui oscillent et permettent de savoir comment le vent s’écoule le long des voiles ? Là, c’est le système D qui a permis de régler le problème...avec un grelot de chat fixé sur la voile. “Quand la voile flotte un peu, le grelot s’active” explique Gilles Guyon, le directeur de la base nautique de Sciez. 

Depuis un Zodiac, Gilles a suivi le raid nautique d’Olivier, restant en contact radio avec lui afin d’assurer sa sécurité, en particulier face aux risques de collision ou aux obstacles. “C’est le prochain défi et développement à venir” confirme Marine Clogenson, ingénieure en informatique, “car pour le moment, ces outils n’existent pas”. Ce sera peut-être le dernier gros obstacle à lever pour permettre aux personnes non-voyantes de naviguer vraiment en totale autonomie.

Gilles Guyon, directeur de la base nautique de Sciez et Marine Clogenso, ingénieure en informatique, ont suivi Olivier Ducruix dans on raid nautique. (France 3 Alpes)

Attirer des sponsors

Le raid avait aussi pour but de trouver de nouveaux sponsors pour financer des projets et notamment la ceinture vibrante utilisée par Olivier. Interrogé à ce sujet par le média Handirect, il confiait qu’au printemps, “10 exemplaires seraient mis à la disposition de clubs qui accueillent déjà un public déficient visuel en France et en Suisse. Puis cette ceinture pourra être acquise par des associations, par des clubs ou par des particuliers. Si on parvient à trouver des soutiens de sponsors assez conséquents, on pourra peut-être la mettre à disposition gratuitement. Sinon, elle sera vendue à prix coûtant car il y a quand même un prix de fabrication, hors ingénierie et conception.”  

Le projet Cécivoile

Ce n’est pas un hasard si Olivier Ducruix s’est lancé dans ce Raid Liberty. En 2017, il a été l’instigateur du projet Cécivoile avec l’UNADEV (Union nationale des aveugles et déficients visuels). L’objectif : développer la pratique de la voile pour les personnes déficientes visuelles en prouvant au grand public comme aux clubs que cette pratique est possible malgré le handicap. En 2020, l’UNADEV a d’ailleurs signé une convention de partenariat avec la Fédération Française de Voile (FFV) afin de développer le handivoile dans les bases nautiques de la FFV. 

A noter : la base nautique de Sciez va accueillir les championnats de France handivalide de voile au mois de mai, pour le week-end de la Pentecôte, du 26 au 29 mai, sur le Lac Léman. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.