À Strasbourg, un service de dressing partagé pour lutter contre le gaspillage des vêtements

Publié Mis à jour
“Hack your closet”, l'entreprise qui lutte contre le gaspillage des vêtements
France 3 Alsace
Article rédigé par
Tristan Alirezai - franceinfo
France Télévisions

Être une victime de la mode tout en étant écolo, c’est maintenant possible. La société franco-suédoise “Hack your closet” développe son concept de garde-robe partagée en France. Son objectif : éviter la surconsommation de vêtements. #IlsOntLaSolution 

C’est une première en France : le concept de la garde-robe partagée s'installe à Strasbourg avec l’entreprise Hack your closet. Après ses débuts en Suède, cette jeune start-up est bien décidée à s'attaquer au marché hexagonal. L'objectif de Hack your closet est simple : proposer une alternative écologique à la surconsommation textile. L’entreprise met en place un abonnement mensuel de 29 euros, grâce auquel les clients reçoivent une “box” composée de plusieurs habits.  

Au bout de quatre semaines, les abonnés renvoient gratuitement les pièces à l’entreprise pour être nettoyées et réparées si nécessaire. En cas de coup de cœur, il est possible de les conserver plus longtemps, monnayant trois euros par mois.  

Des vêtements partagés et personnalisés 

À l’intérieur de la “box” envoyée par l’entreprise, les acheteurs reçoivent entre cinq et six vêtements. Tous personnalisés par un styliste, en fonction de leurs préférences. Les vêtements proposés par Hack your closet proviennent du marché de la seconde main et des surplus de marques partenaires.  

En échange, Hack your closet fournit des données issues des abonnés à ses fournisseurs. Par exemple, le nombre de fois qu’un vêtement a été porté. Avec près de 50 000 vêtements en constante rotation, l'entreprise veut prouver qu’il est possible d’être à la mode sans dépenser de l’argent dans du neuf. Face à la forte demande, l’entreprise envisage d’ouvrir une cinquantaine de postes supplémentaires.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.