À Fécamp en Normandie, une mini-ferme s'installe dans un Ehpad

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
{}
France Télévisions
Article rédigé par
France Télévisions

Depuis quelques mois, les résidents de l'Ehpad du Bois Martel à Fécamp goûtent aux joies de la vie à la ferme. Des lapins, des cochons d'Inde mais aussi des poules et des oies partagent leur quotidien. L'effet positif sur leur santé est déjà mesurable. #IlsOntLaSolution

"Elle est douce comme tout". Assise dans le foyer de l'Ehpad où elle vit depuis plusieurs années, Chantal caresse un petit lapin. Une scène devenue quotidienne au Bois Martel à Fécamp. Depuis le début de l'été, les résidents ont accueilli de nouveaux pensionnaires. Des lapins donc, mais aussi des cochons d'Inde, des chiens et même toute une basse-cour (poules, coqs et oies) installée dans le jardin de l'établissement.

Plus de tendresse, moins de médicaments

Cette mini-ferme fait partie intégrante du traitement administré aux patients. Expérimentée pour la première fois en 1919 dans un hôpital psychiatrique de Washington aux États-Unis, la médiation animale a depuis fait ses preuves. Particulièrement adaptée aux patients atteints de troubles neurodégénératifs, cette méthode qui favorise le contact permet de rompre l'isolement et de favoriser l'estime de soi.

Au Bois Martel, les résidents de l'Ehpad qui non seulement câlinent mais aussi nourrissent les animaux, se sentent à nouveau utiles et responsables. "C'est un projet porteur à la fois de bien-être pour les résidents, mais aussi pour les soignants qui se sentent investis d'une mission différente", explique le directeur adjoint du centre hospitalier intercommunal du Pays des Hautes Falaises, Gilles Lavenu. "On n'est pas sur des soins traditionnels à base de soin curatif et ça amène du bonheur et de la joie à tout le monde".

Des résultats surprenants 

Du bonheur et des résultats. A Elbeuf en Seine-Maritime où une expérience de mini-ferme à l'Ehpad est menée depuis un an, les bienfaits sont déjà quantifiables. La zoothérapie permet en effet de diminuer les comportements agressifs, l'agitation ou les tendances dépressives tout en réduisant l'utilisation des traitements chimiques. A l'Ehpad du Bois Martel où l'on a également créé un jardin thérapeutique au printemps dernier, on ne compte pas s'arrêter en si bon chemin : de nouveaux animaux sont attendus dans les prochaines semaines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.