A Cherbourg, les œufs des goélands argentés sont stérilisés pour éloigner les volatiles

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
La chasse aux oeufs de goélands
Article rédigé par
Véronique Dalmaz-Nicolas - franceinfo
France Télévisions

Trop nombreux dans la ville portuaire, les goélands argentés font l’objet d’une campagne de régulation. #IlsOntLaSolution

La chasse aux œufs de goélands argentés est lancée à Cherbourg. Tout se passe sur les toits de la ville. Armés de pulvérisateurs, les salariés d’une entreprise spécialisée dans les travaux en hauteur cherchent les nids. Quand ils en trouvent, ils aspergent les œufs d’huile végétale qui étouffe l’embryon. Les casser ou les enlever ne seraient pas judicieux. Avec cette méthode, "les goélands vont continuer à couver leurs œufs et à ne pas en faire ailleurs" explique Jérémy Lepain de l’entreprise Altivia.

L’objectif n’est pas d’éradiquer mais d’éloigner ces volatiles vers des sites naturels. Bruits, déjections, poubelles éventrées : la cohabitation avec les humains est de plus en plus difficile. Cherbourg compte plusieurs espèces de goélands mais seuls les argentés sont ciblés dans cette campagne de stérilisation. Ils sont les plus répandus dans la ville. "Un couple vit entre 20 et 25 ans et fait trois œufs tous les ans. Trois petits potentiels. Dans un lieu, comme ici, où il n’y a pas de prédateurs, la population peut augmenter très rapidement" souligne Jérémy Berlière de l’entreprise Altivia.

Mais stériliser au printemps ne suffit pas. La mairie compte aussi sur le civisme de la population. "On appelle à la responsabilité de tous les habitants pour qu’ils aient, au quotidien, des gestes afin d'éviter la prolifération des goélands" insiste Pierre-François Lejeune, maire-adjoint en charge de la sécurité et de la tranquillité publique. Ne pas nourrir les animaux, nettoyer les toits et les équiper de filets ou de piques, sortir les poubelles au dernier moment sont les gestes attendus par la municipalité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers #IlsOntLaSolution

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.