Cet article date de plus de quatre ans.

Seine-Saint-Denis : la mairie du Blanc-Mesnil épinglée pour 140 000 euros d'abonnements au Parc des Princes

"Le Parisien" se fait l'écho d'un rapport de la chambre régionale des comptes. Le maire LR de cette ville de Seine-Saint-Denis se défend : "les places sont données à 95% aux agents" de la commune.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des supporters du PSG patientent devant le Parc des Princes avant l'arrivée de la star Neymar, vendredi 4 août 2017. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Une trentaine d'abonnements pour assister aux matchs du PSG au Parc des Princes, facturés 140 000 euros, entre 2014 et 2017 : un rapport de la chambre régionale des comptes, relayé jeudi 28 décembre par Le Parisien, a épinglé la mairie du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis).

Dans ce document, elle considère que ces dépenses "n’ont aucun intérêt communal" et que "la distribution des places est caractérisée par un défaut manifeste de transparence." Toujours selon le quotidien, "la grande majorité est distribuée à des membres du personnel communal et l’autre partie à des personnalités extérieures."

"Ce n’est que 0,02 % du budget de la ville"

Interrogé par Le Parisien, le maire Les Républicains de la commune, Thierry Meignen, défend cette dépense qui, rappelle-t-il, ne représente "que 0,02% du budget de la ville." Selon lui, les places "sont données à 95 % aux agents. Ni moi, ni mes élus n’en avons profité. Les 5 % qui restent sont offerts à des gens qui ont œuvré pour l’intérêt de la ville", a-t-il assuré au quotidien.

"Qui est ce juge pour dire ce qui est bon ou pas pour ma commune ? Je n’ai pas la même lecture de la loi", a-t-il ajouté, pointant un rapport à charge : "Comme le juge n’a rien trouvé à redire sur ma gestion, il a fallu qu’il cherche la petite bête", a-t-il argumenté, promettant de mettre en ligne le document de la chambre régional des comptes sur le site de la mairie. "Avec tout de même, en pièce jointe, une petite lettre pour rectifier les erreurs", précise-t-il.

Le magistrat de la chambre des comptes, qui épingle aussi l'équipe municipale précédente pour une facture de 50 000 euros d'alcool en deux ans, estime ne pas être "en mesure aujourd’hui d’identifier précisément la composition des effectifs" de la mairie. Il pointe la durée de travail insuffisante d'un agent communal. "Nous allons nous mettre en conformité avec la loi mais progressivement", a plaidé le maire sur ce point, mettant en cause ses prédécesseurs. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Seine-Saint-Denis

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.