Le "Spider-Man français" escalade une tour de la Défense "pour sauver Notre-Dame-de-Paris"

Interpellé au sommet vers 11h45, Alain Robert a été placé en garde à vue au commissariat de Courbevoie (Hauts-de-Seine).

Le \"Spider-man français\" Alain Robert escalade une tour de la Défense, le 25 mars 2019.
Le "Spider-man français" Alain Robert escalade une tour de la Défense, le 25 mars 2019. (BERTRAND GUAY / AFP)

Une tour de plus à son palmarès. Lundi 25 mars, le "Spider-man français" Alain Robert, 56 ans, spécialiste de l'escalade à mains nues, s'est hissé au sommet de la tour Engie, à la Défense, haute de 185 mètres et de 37 étages. Sa revendication ? "Sauver Notre-Dame-de-Paris", explique-t-il. Il réclame 150 millions d'euros pour restaurer l'édifice. Un chiffre confirmé par la Société des Amis de Notre-Dame-de-Paris, en quête de mécènes en France et à l'étranger.

Sans incident, l'ascension de la tour Engie a duré quelque 45 minutes, provoquant un petit attroupement d'une trentaine de curieux. Interpellé au sommet vers 11h45, Alain Robert a été placé en garde à vue au commissariat de Courbevoie (Hauts-de-Seine) pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "manquement délibéré à la prudence".

Un "coup de projecteur" pour Notre-Dame

"Alain Robert ne nous a pas contactés. Nous ne lui avons rien demandé mais ce coup de projecteur peut nous aider", a reconnu André Finot, chargé de la communication à la Société des Amis de Notre-Dame-de-Paris. "Nous n'encourageons évidemment pas ce genre d'exploit", a-t-il précisé.

Selon son habitude depuis 1994, Alain Robert avait convoqué à proximité quelques médias, sans annoncer la tour choisie. L'"homme-araignée" a été arrêté fin janvier après avoir escaladé l'une des plus hautes tours des Philippines, la GT Tower (47 étages). En juin, il s'était attaqué à la cinquième plus haute tour du monde, à Séoul (Corée du Sud), mais avait été obligé de renoncer face à l'intervention des agents de sécurité. En 2016, Alain Robert avait déjà sévi à la Défense, en escaladant la tour Total.