Le premier adjoint d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris, Bruno Julliard, démissionne en raison de "vifs désaccords"

Dans un entretien accordé au "Monde", il dénonce "un déficit d’échange et d’écoute plus général dans la prise de décision".

Bruno Julliard, alors premier adjoint à la mairie de Paris, le 5 septembre 2014.
Bruno Julliard, alors premier adjoint à la mairie de Paris, le 5 septembre 2014. (JOEL SAGET / AFP)

Coup dur pour la maire de Paris, Anne Hidalgo. Son premier adjoint PS, Bruno Julliard, démissionne de ses fonctions et évoque de "vifs désaccords d’orientation et de méthodes de gouvernance", dans un entretien accordé au Monde, lundi 17 septembre. "Notre complémentarité initiale est devenue une incompatibilité. Je n’y crois plus. Je ne veux pas faire semblant."

Au lieu de s’ouvrir et d’engager le dialogue avec les Parisiens pour surmonter les difficultés actuelles, c’est le repli sur l’Hôtel de ville et le déni de sa part qui l’ont trop souvent emporté.Bruno Julliarddans un entretien au "Monde"

Bruno Julliard dénonce notamment une "précipitation" dans le calendrier de la piétonnisation de la rive droite de la Seine, une mesure qu'il juge toutefois nécessaire. Il regrette également l'annulation du marché des panneaux publicitaires et évoque "des erreurs et un manque de vigilance" dans les dossiers Vélib' et Autolib'. "Etre maire, c’est être comptable des décisions qui sont prises, qu’elles conduisent à des réussites ou à des échecs."

Bruno Julliard a refusé de devenir le directeur de la campagne pour les municipales de 2020. "Je ne pars pas parce que j’ai peur que nous perdions", assure-t-il toutefois, avant de s'inquiéter de "l'opportunisme" des "premières orientations esquissées par Anne Hidalgo".

"Pourquoi ouvrir un débat sur l’armement d’une police municipale avant même d’avoir tranché sur le bien-fondé de l’existence d’une telle police ?" s'interroge Bruno Julliard. Il s'oppose également à la proposition de gratuité totale des transports en commun, "alors qu’il faudrait réaliser des investissements colossaux nécessaires au développement des réseaux".

Anne Hidalgo a réagi sur les réseaux sociaux dans la matinée. "Je respecte son choix", écrit la maire de Paris, qui "le remercie pour le travail accompli pendant ces quatre années à nos côtés". Elle a nommé Emmanuel Grégoire, actuellement adjoint au budget, pour le remplacer.