Déminage : le nord de Paris évacué

Une bombe de 500 kilos a été retrouvée sur un chantier, porte de la Chapelle (Paris). Une évacuation monstre a alors débuté, dimanche 17 février. 

Le périphérique parisien fermé à la circulation. Depuis 6h du matin, le 17 février, l'artère principale de la capitale est paralysée, mais aussi les tramways et les métros. Sur un chantier, au début du mois de février, une bombe de 500 kg de la Seconde Guerre mondiale a été retrouvée. Pour la faire exploser, une zone d'évacuation des habitants a été déterminée. L'autoroute A1 a ainsi été fermée, et la circulation des trains de la gare du Nord perturbée. Près de 2 000 personnes ont également dû quitter leurs logements. 

Un trou de sept mètres 

Dans cette tour de trente étages, les habitants estiment qu'ils n'ont pas été prévenus assez tôt. "Ils nous ont dit de quitter l'immeuble tout de suite, à la dernière minute", explique un riverain. Pourtant, depuis l'aube, les policiers, employés de mairie, et propriétaires des immeubles sont mobilisés. Des tractopelles ont ainsi creusé un trou de sept mètres, dans lequel les démineurs feront exploser la bombe. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Lors d\'un pic de pollution, sur le périphérique parisien, le 27 juillet 2018.
Lors d'un pic de pollution, sur le périphérique parisien, le 27 juillet 2018. (GERARD JULIEN / AFP)