Paris : il veut donner "Marseille" comme troisième prénom à son fils, la mairie bloque la procédure

La mairie du 19e arrondissement de la capitale a estimé que Marseille n'était pas un prénom.

La façade de la mairie du 19e arrondissement de Paris.
La façade de la mairie du 19e arrondissement de Paris. (GOOGLE STREET VIEW)

Donner un prénom, c'est une histoire sérieuse. Et de goût. Une question avec laquelle la mairie du 19e arrondissement de Paris semble tatillonne. Le quotidien gratuit 20 minutes a rapporté, vendredi 29 septembre, qu'elle avait refusé à Xavier Monnier de donner Marseille comme troisième prénom à son fils. 

Comme premier prénom, Xavier a choisi Onken, en hommage aux origines congolaises de sa mère. Pour le deuxième, il a choisi Philip, comme celui de son père. Pour le troisième, il a choisi Marseille. "Je suis né à Marseille, nous nous sommes mariés à Marseille et j’ai écrit deux livres sur Marseille. C’est tout simplement un hommage à ma ville de cœur", a expliqué Xavier à 20 minutes.

Procédure abandonnée pour l'instant

Mais le service de l'état civil de la mairie du 19e arrondissement de la capitale ne voit pas les choses de la même façon. "La personne m’a appelé en numéro privé, assez énervée, pour me dire que Marseille n’était pas un prénom et que si je ne le retirai pas, ils saisiraient le procureur de la République", a raconté Xavier.

La mairie précise que dans les situations où il y a un "doute", le procureur de la République est sollicité pour trancher. Elle souligne que la demande de Xavier pourrait aboutir favorablement s'il la poursuivait. Mais les jeunes parents ont décidé de laisser tomber. "On ne voulait pas rentrer dans des procédures administratives contraignantes et bloquer l’état civil de notre fils alors qu’il n’a que trois jours", abonde-t-il. En revanche, il compte lancer une procédure, prochainement, pour que Marseille soit ajouté sur l'état civil de son fils.