Cet article date de plus de neuf ans.

Hollande : les trois incidents qui ont parasité sa communication à Dijon

Un homme expulsé par le service d'ordre, une femme qui refuse de prendre une photo avec lui, une autre qui lui demande de ne pas se marier avec Valérie Trierweiler : la visite du président de la République à Dijon a été perturbée. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme se prend en photo avec le président français François Hollande lors de sa visite dans le quartier des Grésilles, à Dijon (Côte-d'Or), le 11 mars 2013. (PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)

En visite à Dijon, lundi 11 et mardi 12 mars, François Hollande, dont la cote de popularité est au plus bas, voulait afficher sa proximité avec les Français. Peine perdue : son bain de foule a été entaché par plusieurs incidents qui ont monopolisé l'attention médiatique, parasité sa communication et fait le régal de l'opposition

Le premier d'entre eux a eu lieu dans le quartier des Grésilles, marqué par un taux de chômage de 32%. De nombreux habitants présents sur le parcours ont fait part de leurs difficultés au président. L'un d'entre eux a été plus virulent que les autres : "Elles sont où les promesses, monsieur Hollande ? Elles sont où ?" a-t-il crié avant d'être écarté sans ménagement par le service d'ordre. 

Francetv info / Public Sénat

Deuxième contrariété à la sortie d'un bar après un apéritif. Une femme à qui François Hollande proposait de prendre une pose a refusé le cliché en déclarant : "non pas de photo". Et elle a ajouté : "On vous voit assez à la télé." "Pas assez", lui rétorque alors le chef de l'Etat en s'éloignant, un brin crispé. 

France 3 et France 2

François Hollande a également été gêné un peu plus tard quand une femme l'a apostrophé pour lui expliquer qu'elle n'appréciait guère Valérie Trierweiler, la compagne du chef de l'Etat. "Ne vous mariez pas, on l'aime pas en France !" a -t-elle assuréIl n'a pas répondu, laissant la passante s'éloigner.

Francetv info

Mais ces incidents n'ont pas ôté au chef de l'Etat son sens de l'humour : interpellé sur le problème de la prolifération des blaireaux dans une petite commune de Côte d'Or, François Hollande s'est risqué à un jeu de mots plutôt osé...

francetv info

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.