Retour de migrants à Calais : "C'est un éternel recommencement"

Selon plusieurs associations, entre 200 et 300 migrants seraient de retour à Calais, trois mois après le démantèlement de la "jungle". "Un éternel recommencement" pour Gilles Debove, du syndicat Unité-SGP-Police-FO.

Un panneau interdisant l\'accès au public sur le site de l\'ancienne \"jungle\" de Calais, le 18 janvier 2017.
Un panneau interdisant l'accès au public sur le site de l'ancienne "jungle" de Calais, le 18 janvier 2017. (DENIS CHARLET / AFP)

A Calais, la "jungle" n'existe plus depuis trois mois, mais les migrants sont de retour assurent les associations. Ce que confirme dimanche 29 décembre sur franceinfo, Gilles Debove, syndicaliste chez Unité-SGP-Police-FO : "200 à 300 migrants sont de retour sur le Calaisis aujourd'hui". Des jeunes, en majorité, qui ont quitté les centres pour mineurs isolés pour tenter le passage en Angleterre.

La promesse de la Grande-Bretagne d'accueillir des migrants non respectée

Selon France Terre d'Asile, sur les 2 000 jeunes que la Grande-Bretagne avait promis d'accueillir, seulement 791 ont été pris en charge. Paris a d'ailleurs appelé cette semaine Londres à respecter l'accord. Mais cette situation inquiète Gilles Debove : "On a eu un petit délai pendant quelques mois mais on n'a toujours pas trouvé de solution. Il faut éviter tout point de fixation et interpeller les migrants. C'est un éternel recommencement. En avril 2014, on comptait 400 migrants, 2 ans et demi plus tard, il y en avait 10 000. Il faut trouver des solutions" répète-t-il.

Une réunion, la première depuis le démantèlement fin octobre, est organisée lundi au ministère du Logement, sous la houlette d'Emmanuelle Cosse et de Bruno Le Roux, à laquelle ont été invitées les principales associations de terrain.